/homepage
Navigation
Le nouveau demi défensif a appris les rudiments du football à... Munich

Daniel Schober débarque

L'Allemand Daniel Schober a commencé à goûter à l'univers du Rouge et Or hier matin, lors du premier entraînement de la saison 2009.
PHOTO KARL TREMBLAY
L'Allemand Daniel Schober a commencé à goûter à l'univers du Rouge et Or hier matin, lors du premier entraînement de la saison 2009.
L'Allemand Daniel Schober a commencé à goûter à l'univers du Rouge et Or hier matin, lors du premier entraînement de la saison 2009.
PHOTO KARL TREMBLAY
L'Allemand Daniel Schober a commencé à goûter à l'univers du Rouge et Or hier matin, lors du premier entraînement de la saison 2009.

Coup d'oeil sur cet article

Vision inhabituelle hier, lors du premier jour du camp d'entraînement du Rouge et Or. Un joueur d'origine allemande, Daniel Schober, tente de faire sa marque à la défensive, même s'il ne compte que quatre années de football.

Le demi défensif Daniel Schober n'a rien du profil ordinaire. Fils d'une mère jamaïcaine et d'un père allemand, ayant passé la majorité de son existence à Munich, c'est non pas avec le ballon ovale, mais avec le ballon rond, qu'il a grandi et acquis ses qualités athlétiques.

Passionné de soccer et de culture étrangère, il s'est établi pour un an à Denver, aux États-Unis, dans le cadre d'un échange scolaire alors qu'il avait 16 ans. N'ayant jamais trempé le bout d'un orteil dans le bain du football, Schober s'est vu offrir un abonnement pour assister aux matchs des Broncos, de la NFL. Piqûre instantanée, comme dans les contes de fées? Du tout!

« Je ne pensais qu'au soccer! Jamais je n'ai imaginé un instant jouer un jour au football. J'y allais juste par curiosité. Je suis rentré en Allemagne ensuite et, trois ans plus tard, j'ai vu une annonce d'un club amateur qui offrait un essai. Je me suis dit : pourquoi pas? », a-t-il dit dans un anglais irréprochable.

Expérience professionnelle

C'est ainsi que les Cowboys de Munich ont vite remarqué ses dispositions athlétiques hors pair. Il a vite établi des records de vitesse et a porté les couleurs de l'équipe en 2004 et en 2005.

Ses performances ont tôt fait de trouver écho chez les pros. Les Centurions de Cologne, dans la défunte NFL Europe, lui ont tendu un contrat pour les deux saisons suivantes.

« J'ai appris de grandes choses. J'avais seulement deux saisons de football derrière moi. Donc, j'ai dû prendre les bouchées doubles. Ce fut tout un apprentissage! » a-t-il dit.

L'expérience a sans aucun doute garni son bagage. Aujourd'hui, Daniel Schober retombe en quelque sorte à la case départ, devant réapprendre un tout nouveau système, sans compter un environnement de vie complètement différent.

« En ce moment, je me concentre à assimiler le livre de jeux et les différences de règlements entre le football américain et celui canadien. La défensive est différente, la couverture aussi. Je redeviens un étudiant du football », a reconnu celui qui, après seulement trois jours à Québec, jase déjà un brin en français.

« C'était d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles je voulais jouer ici. J'étais désireux de vivre dans une culture francophone et d'apprendre. Depuis que l'entraîneur Constantin m'a contacté, tout est positif. Je me sens appuyé et mes coéquipiers sont très aidants », a affirmé l'étudiant à la maîtrise en gestion internationale.

Désormais, ce que Daniel Schober recherche avant tout, c'est la conquête de la coupe Vanier. En ce sens, le Rouge et Or devenait une destination de choix.

« Pendant toute ma vie au soccer et ensuite au football, je n'ai jamais remporté un championnat. Je sais que Laval a une culture gagnante et je ferai tout pour en faire partie. »

stephane.cadorette@journaldequebec.com

Commentaires
Loading