/homepage
Navigation
Pour avoir expulsé un client de force

Chauffeur de taxi condamné à 20 000 $

Coup d'oeil sur cet article

Un chauffeur de taxi de Québec est condamné à verser 20 000 $ à un client ivre qu'il a blessé en l'expulsant de sa voiture, après s'être fait invectiver par sa victime.

La juge Suzanne Ouellet, de la Cour supérieure, estime que l'exaspération de Gaétan Descarreaux devant les commentaires désobligeants de son client ne justifiait pas le recours à la force.

La nuit du 28 mai 2005, Gérald Gagnon avait appelé un véhicule de taxi pour se faire reconduire chez lui, après avoir fait une tournée des bars. Une altercation verbale a éclaté quand Gaétan Descarreaux n'a pas emprunté le trajet que lui dictait le client, optant pour un chemin qu'il savait plus rapide. Le client, en état d'ébriété, s'est mis à l'injurier et à dénigrer les chauffeurs de taxis en général, en les traitant de «voleurs».

Excédé, le chauffeur s'est arrêté en demandant au client de sortir (sans lui demander de payer pour sa course) mais ce dernier a refusé et a renchéri sur ses propos. Gaétan Descarreaux est alors sorti du véhicule pour aller empoigner l'homme dans la cinquantaine et le projeter au sol avant de repartir en lui disant de «s'arranger avec ses troubles».

Blessé à une jambe, le client indésirable s'est retrouvé à l'hôpital après avoir été secouru par des passants. La preuve révèle qu'il a dû s'absenter de son travail pendant plusieurs mois, ayant eu recours à un fauteuil roulant pour se déplacer, qu'il a dû subir des interventions chirurgicales et a souffert d'anxiété.

Rappelant que le défendeur était «tenu de mener le passager, sain et sauf, à destination», la juge a observé qu'un chauffeur de taxi en service les nuits de fin de semaine «doit s'attendre» à composer avec des clients éméchés et que «l'état d'ivresse de M. Gagnon ne justifiait pas de le sortir de force et ensuite le laisser à lui-même, en pleine nuit, au bord de la route». Gaétan Descarreaux avait écopé cinq mois de détention à purger dans la collectivité après avoir été trouvé coupable de voies de fait pour les mêmes gestes, en matière criminelle.

Commentaires