/homepage
Navigation
Voyage dans l'espace | fondation one drop

Le poème de Claude Péloquin ne sera pas lu

Coup d'oeil sur cet article

« La décision est finale et arrêtée », confirme Peter George, l'agent du poète. Selon lui, la décision de retirer le poème du projet artistique repose sur une question de droits.

« La Fondation One Drop voulait une cession totale et perpétuelle des droits (sur le poème), explique-t-il, ce qui est rarement fait. »

Hier, la direction du Cirque du Soleil n'a émis aucun commentaire sur ce sujet.

Claude Péloquin et l'organisation de Guy Laliberté ont longuement discuté et tenté de négocier la question, mais en vain. Amis de longue date, les deux hommes ne sont pas en guerre pour autant, loin de là.

La décision de retirer le poème a été prise la fin de semaine dernière, à la grande déception de l'auteur.

« C'est sûr que Claude est très déçu. Il a travaillé très fort. Il y a mis toute sa créativité. Il a collaboré jusqu'à la toute dernière minute avec l'équipe de la fondation, du Cirque et de Guy Laliberté », signale Peter George, précisant que Claude Péloquin a consacré « 80 % ou 90 % » de son temps des trois derniers mois à l'écriture du poème.

Une œuvre terminée

L'œuvre était d'ailleurs terminée et elle avait été approuvée par l'équipe de création responsable du projet artistique.

« On a l'intention de le publier, de s'en servir. C'est une œuvre de Claude Péloquin qui sera sûrement utilisée à d'autres fins. On va lui trouver un endroit pour se faire entendre », indique son agent.

L'un des objectifs poursuivis par Guy Laliberté en visitant l'espace est de faire connaître sa Fondation One Drop. Le thème du poème était évidemment l'eau.

« L'eau est à nous, et nous sommes à l'eau, avait expliqué Claude Péloquin au Journal en juillet dernier. Ça portera donc sur cette tristesse de voir que ce ne sont pas tous les êtres humains qui ont accès à l'eau. Il y a des enfants ailleurs dans le monde qui ne peuvent même pas aller à l'école parce qu'il faut qu'ils aillent chercher de l'eau. »

Guy Laliberté doit justement dévoiler aujourd'hui les détails de sa Mission sociale poétique.

À l'échelle planétaire

Depuis la base de Star City, en Russie, où il s'entraîne depuis le mois de mai, le fondateur du Cirque du Soleil présentera les grandes lignes de son projet artistique d'envergure.

« Je veux faire un projet qui aura un impact. Mon intention est d'essayer de frapper le plus fort possible créativement », avait-il dit en juin.

Le projet, qui aura une connotation internationale, s'annonce totalement éclaté, très surprenant et beaucoup plus imposant que ce qui avait été imaginé au départ, selon ce qu'a appris le Journal.

Un grand mystère entoure le projet artistique et social, d'ailleurs préparé dans le plus grand secret. Encore la semaine dernière, Guy Laliberté a précisé qu'il « ne sortirait pas dehors pour cracher du feu » et qu'il « ne jonglerait pas dans l'espace », mais que son projet était « ambitieux », « à l'échelle planétaire ».

Commentaires