/homepage
Navigation
Livraison du centre de génomique

Les chercheurs du CHUL s'impatientent

La livraison du centre de recherche en génomique, qui coûte près de 22 millions, accuse un retard de plus d'un an et demi.
Archives Stevens Leblanc La livraison du centre de recherche en génomique, qui coûte près de 22 millions, accuse un retard de plus d'un an et demi.

Coup d'oeil sur cet article

Les délais considérables de livraison du nouveau centre en génomique du CHUL ont causé plusieurs préjudices aux chercheurs, estime le CHUQ, qui en a saisi la Corporation d'hébergement du Québec (CHQ).

La firme Decarel et ses partenaires font face à une poursuite de 6,9 millions de dollars par la CHQ, qui les tient responsables des retards de livraison de plus d'un an et demi du centre de recherche en génomique, construit au coût de près de 22 millions de dollars.

Au moment de la prise de possession du bâtiment, en juillet 2008, une inspection a révélé des défectuosités majeures dans les murs et les plafonds de l'édifice de quatre étages. Le secteur de l'animalerie posait particulièrement problème, les matériaux utilisés devant répondre à des normes strictes.

Decarel a procédé à des travaux correctifs de l'ordre de 6,9 millions de dollars, que la CHQ a payés. Après des mois d'attente, les chercheurs n'étaient pas au bout de leurs peines, puisque de nouvelles inspections ont montré que d'autres correctifs, ceux-là plus mineurs, étaient encore nécessaires.

Nouvelle inspection

Une nouvelle inspection prévue aujourd'hui devrait déterminer si les chercheurs pourront finalement intégrer leurs nouvelles installations. « On a bon espoir que le tout soit conforme et qu'on puisse livrer le bâtiment avant les Fêtes. Il faut s'assurer de la qualité des installations et que rien ne soit laissé au hasard », précise une porte-parole de la Corporation d'hébergement du Québec, Danielle Dussault.

Des représentants de la CHQ, du CHUQ et des chercheurs du CHUL iront inspecter minutieusement les lieux. « On comprend l'impatience des chercheurs. On a remis à la CHQ une liste de préjudices subis en raison des délais de livraison », ajoute Pascale Saint-Pierre, du CHUQ.

johanne.roy@journaldequebec.com

Commentaires