/homepage
Navigation
retour de la LNH à québec

«Ça va se faire»

À la suite d'une discussion très encourageante avec Gary Bettman, Jean Charest croit que nous sommes près de la coupe aux lèvres quant à un retour d'une équipe de la LNH à Québec.
Archives PC
À la suite d'une discussion très encourageante avec Gary Bettman, Jean Charest croit que nous sommes près de la coupe aux lèvres quant à un retour d'une équipe de la LNH à Québec.
À la suite d'une discussion très encourageante avec Gary Bettman, Jean Charest croit que nous sommes près de la coupe aux lèvres quant à un retour d'une équipe de la LNH à Québec.
Archives PC
À la suite d'une discussion très encourageante avec Gary Bettman, Jean Charest croit que nous sommes près de la coupe aux lèvres quant à un retour d'une équipe de la LNH à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Pour en avoir longuement parlé avec Gary Bettman vendredi, Jean Charest croit que le retour de la Ligue nationale de hockey à Québec, « ça va se faire ».

Selon lui, Bettman est « sincère » dans sa volonté de voir la LNH revenir à Québec et les « planètes sont alignées » de telle façon que même la rentabilité d'une équipe professionnelle dans une ville comme Québec ne fait plus de doute à ses yeux.

- Croyez-vous que ça se fera? lui a-t-on demandé dans un hôtel de Moscou, hier.

- Oui, moi, je pense que ça se fera, a répondu M. Charest au cours d'un entretien impromptu avec Le Journal parallèlement à la mission économique qu'il mène en Russie, cette semaine.

Assis avec Bettman

Vendredi, alors que le Canadien jouait le match commémorant son centenaire, les deux hommes ont parlé de Québec et du retour de la LNH, presque 15 ans après le départ des Nordiques.

« J'étais assis à côté de lui et j'ai eu une longue conversation durant le match de hockey. Je l'ai interrogé sur la possibilité d'avoir une équipe à Québec et j'ai trouvé sa réaction très encourageante. Il m'a semblé très ouvert », a dit le premier ministre hier.

M. Charest a compris que la LNH devra faire une « démarche pour chercher un propriétaire », mais que cela ne posait pas un véritable problème.

Pesant soigneusement ses mots, le premier ministre a rappelé à Bettman que la ville de Québec aura assurément un centre multifonctionnel en remplacement de l'actuel Colisée, élément-clé du dossier de la LNH. Il ne reste que le financement à attacher, ce à quoi le maire Régis Labeaume travaille déjà.

« J'ai dit à M. Bettman que la perspective à plus long terme était d'obtenir les Jeux olympiques, que le développement des infrastructures se faisait dans ce cadre-là et qu'on voulait élaborer des infrastructures pour aller chercher des événements sportifs de calibre international; que le gouvernement poserait la candidature pour les Jeux olympiques d'hiver », a dit M. Charest, qui parle de hockey tous les jours à Moscou.

« Alors, je vois l'alignement des planètes et j'ai beaucoup aimé la réaction de Bettman, parce que j'ai senti qu'il était sincèrement intéressé qu'une équipe de la Ligue nationale s'installe à Québec », a poursuivi le premier ministre.

La ville de Québec, de toute manière, a besoin d'une installation sportive moderne. À ce sujet, Jean Charest et Régis Labeaume sont au diapason.

« Moi, je me suis commis au développement des infrastructures pendant la campagne électorale et la ville de Québec a besoin d'un centre sportif. Une ville de la taille de Québec a besoin d'un centre sportif multifonctionnel, peu importe les circonstances », a insisté le premier ministre.

« Il n'est pas normal, a-t-il poursuivi, que Québec n'ait pas ce genre d'infrastructures-là. Quant à la formule pour le construire et au financement, ça prend un plan d'affaires parce que ça prend une participation du secteur privé. Là-dessus, on est très clair. »

Les Coyotes de Québec?

Le scénario le plus plausible pour qu'il y ait un retour de la LNH à Québec serait le transfert d'une équipe en difficulté. Les Coyotes de Phoenix, par exemple, qui valent entre 200 et 300 millions US.

« Une équipe de hockey, ça coûte cher », rappelle Jean Charest, mais sa conversation avec Gary Bettman l'a rassuré sur ce point. « Ils ont établi des règles qui donnent davantage de chances à des villes comme Québec. Ils ont mis en place un encadrement permettant d'exploiter un club à des coûts prévisibles », a-t-il dit.

Bettman a dit au premier ministre avoir discuté avec le maire Labeaume de l'implantation de la LNH à Québec.

« Il y a deux éléments qui permettent d'espérer avoir une équipe à Québec. D'abord, il y a un cadre salarial (un plafond) et le deuxième, c'est le transfert de péréquation. Ce sont les deux éléments qui rendraient une équipe viable à Québec », estime le premier ministre.

« Moi, je pense que ça se fera. Je vous dis ça par intuition. Dans ces dossiers-là, tu ne peux voir que les obstacles, mais quand tu constates que les premiers concernés cherchent des raisons pour le faire... Et c'est ce que j'ai senti chez M. Bettman, on sent qu'il est optimiste et très ouvert à ce qu'il y ait une équipe à Québec. Après ça, ça prend des coûts d'exploitation de l'aréna qui soient concurrentiels », a-t-il ajouté

- C'est encourageant, a observé Le Journal.

- On va aller au hockey! s'est exclamé le premier ministre, avant de filer à ses rendez-vous avec des politiciens et des gens d'affaires russes.

Commentaires
Loading