/misc
Navigation
Chronique

4 sites pour un nouveau Colisée

Coup d'oeil sur cet article

Québec envisage la construction d'un nouvel amphithéâtre dans un avenir proche. Les spéculations vont bon train. Le site d'ExpoCité apparaît comme le favori auprès des autorités municipales dans ce projet collectif d'envergure même si rien n'a encore été officiellement annoncé.

S'agit-il de l'unique endroit dans la capitale pour installer cette infrastructure? Impossible de répondre affirmativement à la question. L'architecte Claude Fugère et le géographe Rémi Guertin ont produit un document qui propose quatre autres lieux dans la ville. Cet exercice exploratoire a été réalisé sur une base indépendante, sans lien avec des groupes ou des partis.

Fugère exerce sa profession depuis 17 ans et possède sa firme à Québec depuis 2001. Guertin est l'auteur, entre autres, d'une thèse de doctorat de 800 pages portant sur la logistique du développement urbain de Québec; elle a été déposée à l'Université de Montréal en 2006 et deviendra l'objet d'un volume de 250 pages, à l'automne, aux éditions Trois-Pistoles.

« Nous voulons lancer des idées pour soulever le débat et provoquer l'imaginaire des gens, explique Guertin. La localisation d'un amphithéâtre est tout sauf un geste anodin, surtout lorsqu'il implique des fonds publics. Nous voulons souligner l'importance du site dans l'élaboration d'un tel projet puisqu'il exercera une influence sur son architecture et sur sa capacité à infléchir la dynamique urbaine de Québec. »

Par exemple, Guertin mentionne que le Château Frontenac n'aurait pas eu la signification, comme symbole de Québec, s'il avait été construit en plein cœur du centre-ville et non au sommet du cap Diamant.

Un site de prestige

« La localisation aura un impact sur l'architecture; l'inspiration ne sera pas la même si l'édifice est construit dans un parc industriel plutôt qu'au centre-ville, reprend Fugère. Il y a également l'impact sur la capacité à participer au rayonnement de Québec. La présence de l'édifice dans un secteur modifiera l'économie (bars, restos, hôtels), le transport en commun, la circulation. »

Depuis que le Colisée a été bâti en 1949 sur les terrains de l'Exposition provinciale, ce qui s'avérait logique à ce moment-là, la ville s'est développée. « Si nous décidons de faire un projet phare du nouveau Colisée, il serait peut-être préférable de retenir un site de prestige qui le transformerait en un monument urbain », plaide Guertin.

Le duo a répertorié des terrains (ou espaces) dans des endroits stratégiques sans tenir compte cependant des propriétaires des lieux, publics ou privés. Ils n'ont pas chiffré leurs propositions. « Dans le débat que nous aimerions susciter, il faut qu'ExpoCité soit perçu comme une option et non l'option. Quand plusieurs possibilités se présentent avec des avantages et des inconvénients, il devient plus aisé de faire un choix éclairé. »

Le duo propose des sites à Sainte-Foy, dans Lebourgneuf, Saint-Roch et en bordure du fleuve. Les explications dans les quatre textes qui suivent et décrivant les sites sont celles de Fugère et Guertin.

Dans Lebourgneuf

Le terrain proposé dans Lebourgneuf est localisé à l'intersection de l'autoroute de la Capitale (au nord) et du boulevard Pierre-Bertrand (à l'ouest) face aux quartiers généraux de la Sûreté du Québec. Il appartient, là aussi, à une entreprise privée. L'accès en voiture est facile et le site occupe une certaine centralité par rapport aux différents quartiers qui se sont développés et qu'on surnomme les couronnes de banlieue.

Il est suffisamment vaste pour accueillir les stationnements requis avec des aménagements. « Le site est cependant débranché du transport en commun et il encouragera les amateurs à s'y rendre avec leurs automobiles », prétend Fugère.

Le duo note qu'il y aura beaucoup de travail d'aménagement à faire pour uniformiser ce secteur très disparate. Le site est de plus éloigné des activités du centre-ville. Très visible de l'autoroute, il ne deviendrait toutefois pas un monument phare de Québec.

Avantages :

- Branché sur le réseau des autoroutes

- À proximité de plusieurs centres commerciaux

- Très visible et facile à trouver par les visiteurs

Inconvénients :

- Plus éloigné de la Rive-Sud

- Paysage disparate

- Mal desservi par le RTC

- Pôle d'activités plus diffus qui n'a pas l'urbanité du centre-ville de Québec.

Ma note personnelle : un très gros travail d'aménagement devrait être effectué et il faudrait trouver une façon de décongestionner ce secteur, où la circulation est déjà un casse-tête.

Dans Saint-Roch

« À l'extrémité est de Saint-Roch, juste avant l'autoroute Dufferin, du côté sud du boulevard Charest, se trouve un îlot coincé entre le boulevard, les sorties de l'autoroute et la rue Saint-Vallier. Le défi serait de repenser le réaménagement des bretelles d'accès. Comme pour nos autres essais exploratoires, l'objectif est de souligner le lien entre localisation, impact urbain et économique et mise en forme architecturale », raconte Fugère.

Situé à cet endroit, l'amphithéâtre aurait un impact direct sur les commerces, les restaurants et les hôtels du nouveau Saint-Roch, du Vieux-Port et du Vieux-Québec. Outre l'automobile et le transport public, les amateurs pourraient s'y rendre à pied. Ceux de la Rive-Sud pourraient utiliser le traversier.

Avantages :

- Vient soutenir la dynamique urbaine du nouveau centre-ville

- Profite aux restos et hôtels de plusieurs quartiers environnants

- Accessible par autobus

- Plusieurs stationnements alentour de l'édifice et possibilité d'en construire un sous l'amphithéâtre

Inconvénients :

- Accès automobile difficile par le boulevard Charest

- Nécessite l'expropriation de plusieurs propriétaires

- Réaménagement des bretelles de l'autoroute

Ma note personnelle : la congestion serait majeure lors des événements comme au Colisée actuel. L'édifice aurait besoin d'espace (est-il disponible?) pour ne pas avoir l'air étouffé. Le lieu ressemblerait au Verizon Center, le domicile des Capitals de Washington.

En bordure du fleuve

« Des quatre sites que nous soumettons, celui en bordure du fleuve est le plus pharaonique, le plus audacieux et, de toute évidence, le plus dispendieux », reconnaît Rémi Guertin. Mais, de l'avis de ce géographe, c'est celui qui procurerait une image internationale à la ville de Québec au même titre que l'Opéra de Sidney, en Australie.

L'amphithéâtre se situerait directement en bordure du fleuve, dans le secteur du tennis Montcalm, sur les terrains du port de Québec. « La mise en forme du futur édifice, comme point de rencontre entre le fleuve et les gens de Québec, pourrait s'intégrer au prolongement de la promenade Champlain devant la pièce maîtresse du développement du front fluvial. »

Les deux compères reconnaissent que cette proposition provoque une réflexion sur l'articulation du port de Québec avec l'ensemble de l'agglomération.

Pour accéder au site, outre la construction de stationnements, Fugère et Guertin envisagent la construction d'un minimétro qui utiliserait le tunnel ferroviaire avec un point de départ à l'intersection de Belvédère et de René-Lévesque.

Avantages :

- Favorise la mise en place d'un monument urbain

- Permet de faire l'essai du premier tramway et d'un métro de courte distance

- Démocratise une position sélective en bordure du fleuve

- Permet de faire du front fluvial de Québec la nouvelle image de la région.

Inconvénients :

- Coûts astronomiques, car le tunnel doit être adapté pour la circulation de trains de passagers

- Demande de réaménagements pour le port de Québec

- Isolé des pôles d'activités

- Débranché du RTC

- Accès par le boulevard Champlain.

Ma note personnelle : totalement fou et irréalisable quoique très spectaculaire. Bonne chance dans vos négos avec les autorités du Port!

À Sainte-Foy

La première suggestion de Rémi Guertin et Claude Fugère concerne le terrain occupé par le Canadian Tire sur la route de l'église à Sainte-Foy, ce qui nécessiterait une expropriation importante et des coûts reliés à cette démarche. Et sans doute des négociations corsées avec le propriétaire.

« Localiser l'amphithéâtre en ce lieu est une proposition qui repose sur une logique urbaine puisque le secteur va vraisemblablement connaître une bonification de par sa proximité avec le centre-ville de Sainte-Foy. Le site se situe à proximité de bars et restaurants et juste à la sortie des ponts. La présence d'un amphithéâtre permettrait de diversifier les activités du pôle économique de Sainte-Foy », soutient Fugère.

Le site se situe proche des ponts et de l'autoroute Henri-IV; il est déjà bien desservi par le RTC. « Nous pourrions utiliser les stationnements des centres commerciaux et de l'Université en instaurant un service de navette », avance Guertin.

Avantages :

- Proximité des ponts

- Facile d'accès par le RTC

- Proximité des stationnements des centres commerciaux

- Cadrerait bien avec un réaménagement du boulevard Laurier

- Peut être intégré au parcours d'un futur tramway

Inconvénients :

- Problème de quiétude pour les quartiers environnants

- Problème de circulation

- Nécessite l'expropriation d'une entreprise majeure.

Ma note personnelle : impensable à cause du manque de stationnement. On ne peut demander à 20 000 spectateurs d'utiliser des navettes. Ça me semble très coincé.

Commentaires