/homepage
Navigation
Affaire Bellemare

L'ex-entreprise de Franco Fava a obtenu d'importants contrats

L'ex-entreprise du collecteur de fonds du Parti libéral du Québec Franco Fava a profité de généreux contrats publics.
© Stevens LeBlanc L'ex-entreprise du collecteur de fonds du Parti libéral du Québec Franco Fava a profité de généreux contrats publics.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC - L'ex-entreprise du collecteur de fonds du Parti libéral du Québec Franco Fava a profité de généreux contrats publics de plusieurs millions de dollars au cours des dernières années.

Neilson inc. a notamment obtenu des contrats totalisant 200 millions, en consortium avec EBC, pour la construction de la centrale Péribonka, au nord du lac Saint-Jean.

En janvier 2007, le même consortium a aussi décroché un contrat de 80 millions de la Société d'énergie de la Baie-James, notamment pour la dérivation de la rivière Rupert, dans le cadre du mégachantier Eastmain-1A.

Un an plus tôt, Neilson avait mis la main sur deux contrats totalisant 39 millions du ministère des Transports du Québec pour le prolongement de l'autoroute 50.

Depuis le départ à la retraite de Franco Fava, qui admet récolter des dons pour le PLQ depuis plusieurs années, Neilson inc. est présidée par son frère, Jean Fava.

Le secrétaire de l'entreprise, Denis Baribeau, a contribué à la caisse électorale des libéraux à raison de 600 $, 800 $ et 500 $ au cours des trois dernières années, alors qu'un autre dirigeant, Dante Fava, a versé 300 $ à deux reprises pendant la même période.

En lien avec Bibeau

Par ailleurs, Franco Fava a croisé la route de Gérard Bibeau à la Commission de la santé et de la sécurité du travail à la fin des années 1990, alors qu'il siégeait au conseil d'administration, et que M. Bibeau était vice-président aux opérations.

Si M. Fava a nié avoir exercé des pressions sur l'ex-ministre de la Justice, Marc Bellemare, afin de dicter la nomination de juges à la Cour du Québec, il a reconnu avoir recommandé au gouvernement de confier à Gérard Bibeau la fonction stratégique de secrétaire général du Conseil exécutif, en 2006.

Méconnu du grand public, le secrétaire général occupe le plus important poste de la fonction publique et reçoit un salaire plus élevé que celui du premier ministre.

En 2008, il a lui-même signé le décret autorisant sa hausse de salaire de 16,5 pour cent, faisant passer sa rémunération annuelle à 235 000 $.

Il assiste le premier ministre et conseille l'ensemble du cabinet dans les prises de décisions.

Chef d'orchestre de l'appareil gouvernemental, il voit à ce que les décisions politiques soient exécutées par les ministères et organismes concernés.

Commentaires