/homepage
Navigation
Baisse du contenu francophone au festival d'été

Polémique tuée dans l'œuf?

La venue de Paul McCartney sur les plaines d'Abraham, le 20 juillet 2008, avait suscité la critique de la part de certains ardents défenseurs de la langue française et de la culture québécoise.
© Les ARCHIVES La venue de Paul McCartney sur les plaines d'Abraham, le 20 juillet 2008, avait suscité la critique de la part de certains ardents défenseurs de la langue française et de la culture québécoise.

Coup d'oeil sur cet article

Les 125 députés de l'Assemblée nationale ont pris les grands moyens - une motion unanime - dans le but de tuer dans l'œuf une polémique politico-linguistique semblable à celle qui avait entouré la venue de Paul McCartney à Québec, à l'été 2008.

Mercredi soir, un groupe de 25 personnalités a adressé une lettre à la ministre de la Culture, Christine St-Pierre. Les signataires réclamaient une « réévaluation (à la baisse) des subventions et des commandites qu'il (le Festival d'été de Québec, FEQ) reçoit du gouvernement du Québec et de ses sociétés d'État ».

La baisse de contenu francophone de la présentation 2010 du FEQ motivait cette prise de position. Parmi les signataires figurent des artistes comme Raoul Duguay et Yann Perreau, d'anciens ministres péquistes comme Louis O'Neill, Matthias Rioux et Claude Morin, ainsi que l'ex-président de la Commission sur l'avenir de la langue française, Gérald Larose.

Réagissant promptement à la missive, les députés ont unanimement voté, hier matin, une motion présentée notamment par le député indépendant Éric Caire et par le péquiste Maka Kotto. L'Assemblée nationale a ainsi félicité le Festival « pour l'organisation de l'édition 2010 et (s'est jointe) aux plus de 60 000 personnes qui, à ce jour, en ont approuvé la programmation (en achetant des laissez-passer) ».

Luci Tremblay, directrice des communications du FEQ, s'est dite « étonnée et heureuse de cet appui ». Elle a cependant refusé de commenter le contenu de la lettre.

De son côté, la ministre St-Pierre a fait savoir qu'elle n'avait pas à s'immiscer dans les choix musicaux du Festival. « Je n'ai pas à dire : vous allez inviter une telle personne, puis vous n'inviterez pas telle autre. Je laisse ça à mon collègue, M. (Pierre) Curzi, qui n'aimait pas que M. McCartney vienne chanter sur les Plaines », a-t-elle lancé.

« Un gros coup de canon »

Le politologue Pierre-Paul Sénéchal, co-initiateur de la lettre, a trouvé « cette panique des députés bien curieuse. C'est un gros coup de canon pour une simple lettre. C'est quasiment risible ».

Même si les députés du PQ ont tous appuyé la motion, la position du parti est plutôt nuancée envers les signataires de la lettre, dont les sympathies souverainistes sont connues. Pauline Marois, chef du PQ, a affirmé hier que « nous ne nous dissocions pas des 25 personnalités. On peut souhaiter qu'il y ait plus de présence francophone au sein du festival, mais il reste que c'est au festival à décider de sa programmation ».

La présentation 2010 du Festival d'été est dotée d'un budget de 18 millions de dollars. Quelque 1,5 million provient du palier provincial.

taieb.moalla@journaldequebec.com

Sur le même sujet
Commentaires