/homepage
Navigation
Le Centre culturel islamique en défend les fondements

Le niqab a ses supporteurs à Québec

Le Centre culturel islamique de Québec soutient que le voile intégral, ou niqab, a ses fondements en Islam.
PHOTO AFP Le Centre culturel islamique de Québec soutient que le voile intégral, ou niqab, a ses fondements en Islam.

Coup d'oeil sur cet article

Au risque d'être suspecté de radicalisme, le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) soutient que « le voile intégral est une pratique qui a ses fondements en Islam » et que « la femme musulmane qui le porte ne fait qu'exprimer sa conformité aux exigences de sa religion ».

Ces affirmations sont contenues dans le mémoire que le CCIQ devait présenter, il y a deux semaines, devant la commission chargée d'étudier le projet de loi 94 consacré aux balises encadrant les demandes d'accommodement. À cause d'un conflit d'horaire, le Centre défendra finalement son document au moment de la reprise des travaux de la commission, à la fin de l'été. Le Journal a pu consulter ce texte de sept pages sur le site Internet du CCIQ, principale organisation regroupant les 5 000 à 6 000 musulmans de Québec.

« Dire que le niqab a ses fondements dans la religion, c'est très grave. C'est une vision saoudienne de l'islam », a commenté Rachad Antonius, sociologue et professeur à l'UQAM. Il s'agit, selon son analyse, d'une « façon de penser marginale, mais qui acquiert de plus en plus d'importance sous l'influence de la propagande des chaînes de télévision satellitaires islamistes et des dysfonctionnements dans les sociétés arabo-musulmanes ». Son de cloche moins tranché du côté de Meher Khatcherian, titulaire de la Chaire de recherche du Canada islam, pluralisme et globalisation, à l'Université de Montréal. « C'est une position assez minoritaire, avoue-t-il. Sans dire qu'il s'agit d'un point de vue extrémiste, c'est une opinion conservatrice. »

Deux sources musulmanes de la région, qui ont préféré garder l'anonymat, étaient plutôt mal à l'aise avec cette portion du mémoire du CCIQ. Nos contacts y ont même décelé un signe de « radicalisation » de l'organisme. « Je suis croyant et pratiquant, mais je ne me reconnais pas dans cette partie du mémoire dans laquelle le CCIQ parle du niqab (voile intégral). Pour le reste, je suis d'accord avec l'analyse selon laquelle le projet de loi du gouvernement est mauvais et qu'il vise uniquement les musulmans », nous a révélé un de nos contacts.

« Inutile et nuisible »

Selon le document du CCIQ, « le projet de loi 94, à travers ses notes explicatives et ses propres articles, ne laisse l'ombre d'aucun doute qu'il vise principalement dans son application les femmes musulmanes portant le voile intégral ».

Sans surprise, le regroupement réclame le retrait de ce texte « inutile et nuisible (qui) vient pour consacrer la discrimination contre des citoyennes québécoises de confession musulmane et, par le fait même, envoyer un message qui ne fait que renforcer la stigmatisation des musulmans et des musulmanes en général ».

Malgré nos tentatives répétées, le CCIQ n'a jamais rappelé le Journal.

Commentaires