/homepage
Navigation

Danyka, une voix à retenir

Danyka
© Courtoisie
Danyka
Danyka
© Courtoisie
Danyka

Coup d'oeil sur cet article

Elle a un joli minois, une voix puissante qu'on compare à celle de Christina Aguilera et un tube qui joue dans les clubs au Québec et en Europe : la Montréalaise Danyka sera-t-elle notre prochaine star internationale?

Humblement, celle qui vient de mettre sur le marché un premier mini-album, baptisé The Love Report, assure qu'elle serait satisfaite de simplement vivre de sa musique, ici, au Québec. N'empêche, on ne lui tordra pas un bras pour qu'elle abuse de son passeport.

« J'aime ce que je fais, donc je veux aller le plus loin possible. Je n'ai pas de but particulier, bien que je croie que j'aurais ma place à l'international », dit la jeune auteure-compositrice-interprète dont la pièce It's About Now, en plus de jouer à la radio, hante déjà les discothèques québécoises, françaises et anglaises.

« La première fois que j'ai entendu ma chanson dans un bar, ce n'est pas moi, mais plutôt mes amies qui ne tenaient plus debout. Ça fait toujours une fleur, surtout quand ils mettent ta chanson en plein milieu d'un set à côté d'un tube et que les gens continuent de danser. Je pense que j'ai ma place. Normalement, les gens réagissent bien, et ça m'encourage. »

Les débuts avec papa

Italo-québécoise, Danyka a enregistré sa première chanson à l'âge de quatre ans, dans le studio de son père.

« Ça s'appelait Donnons-nous la main et c'était pour la paix dans le monde. C'est sûr que ce n'était pas un hit», glousse Danyka, qui a ensuite fait partie d'une chorale avec sa sœur avant de faire la rencontre, plus tard, de Q Banito, un artiste montréalais d'origine cubaine.

« Il a fait des chansons pour la radio et a été connu à Montréal pendant deux ou trois ans. J'ai fait une collaboration de cinq chansons sur son album Partir. C'était du reggaeton. Ce n'était pas mon genre de musique, mais je trouvais ça intéressant de participer à l'enregistrement d'un album, être en studio. »

Électro-pop

Inspirée, la chanteuse s'est mise à composer des chansons à partir notamment de notes dans son journal intime. Cela a éventuellement donné The Love Report, un mini-album qui contient cinq pièces d'électro-pop plutôt accrocheuses.

« Mes influences sont David Guetta, Lady Gaga, La Roux, Justice, Make The Girl Dance, Daft Punk, Chroméo, Gossip. Il semble que j'ai le don pour créer des trucs qui sont catchy, comme eux. C'est probablement pour ça que je suis attirée par ces artistes parce que je n'écris pas dans le même genre qu'eux et je n'écris pas les mêmes trucs », affirme la jeune artiste, qui est souvent associée à Christina Aguilera.

« Depuis que je suis jeune qu'on me dit ça. Je suis extrêmement flattée quand on me compare à elle. C'est une chanteuse incroyable, elle est entraînée pour faire ça depuis l'âge de quatre ans. Elle n'est pas du même calibre que moi. En fait, nous avons en commun une voix très puissante et de ne pas être grosse. »

Cet automne, une tournée de quelques dates en province est prévue ainsi que la préparation d'un premier album complet, qui devrait voir le jour au printemps 2011.

Commentaires
Loading