/homepage
Navigation
Magazine

Summum s'offre Samantha Ardente

Le nouveau numéro du magazine Summum accorde cinq pages à Samantha Ardente.
© Courtoisie Le nouveau numéro du magazine Summum accorde cinq pages à Samantha Ardente.

Coup d'oeil sur cet article

Samantha Ardente en rajoute en posant nue sur cinq pages dans le nouveau numéro du magazine Summum, qui sera mis en vente demain.

Le magazine édité à Québec consacre cinq pages en textes et photos à celle qui a fait l'actualité au cours des dernières semaines, après que sa double vie d'actrice porno et de secrétaire administrative eut été révélée au public.

« Lorsque nous lui avons soumis l'idée de ce reportage, elle s'est montrée d'abord hésitante en raison de son travail, mais, le jour où elle a perdu son emploi, elle nous a dit oui tout de suite », expliquait au Journal, hier, Alain Rochette, rédacteur en chef du magazine pour homme publié par le groupe Genex. « C'est elle-même qui nous a fourni les photos qu'elle avait fait prendre par un photographe de son choix. »

En plus de montrer l'ancienne employée de la Commission scolaire des navigateurs dans son plus simple appareil, le reportage rapporte ses commentaires sur les événements récents. Julie Gagnon raconte qu'elle aurait souhaité poursuivre sa double vie si elle n'avait pas été démasquée par un élève de l'institution de Lévis. « Vous allez me trouver naïve, mais, oui, je croyais sincèrement que personne ne ferait le lien entre Julie et Samantha (son pseudonyme). Je désirais n'en tourner que quelques-uns (des films XXX), le temps de regarnir mon compte en banque. »

Dommages collatéraux

Elle parle aussi de ses deux filles. « Ma petite de trois ans est trop jeune pour comprendre, mais celle de 11 ans a beaucoup de peine. » Elle ajoute : « J'ai perdu un ami qui m'était cher avec toute cette histoire. Je trouve dommage qu'il ait décidé de prendre ses distances. »

Samantha, qui se dit toujours célibataire, explique aussi qu'elle n'a « aucune restriction » lors de tournages de films pornos, ajoutant que le plus wild de ses cinq tournages la réunissait avec trois gars. Elle dira aussi que faire du porno au Québec « ne rend pas riche ». « Ça paie à peine un voyage dans le Sud. » « Les tournages se font surtout dans des chalets et des suites d'hôtel. Ce n'est qu'en arrivant sur le plateau que l'on fait connaissance avec nos partenaires. »

Hier, elle a lancé son site Internet (www.samanthaar­dente.ca) et elle envisage de produire une gamme de produits sexuels de marque Samantha.

Commentaires