/entertainment/tv
Navigation
Roy Dupuis

Le chant du cygne

Le chant du cygne
Photo courtoisie Roy Dupuis

Coup d'oeil sur cet article

En 2010, Roy Dupuis signait son grand retour au petit écran dans Les rescapés, une série mêlant fantastique, suspense et comédie. En 2012, le comédien révèle que l’œuvre de Frédéric Ouellet pourrait aussi marquer son chant du cygne télévisuel.

« Les séries télé demandent beaucoup plus d’efforts parce qu’on les tourne beaucoup plus vite qu’avant, observe-t-il. C’est quelque chose qui m’a frappé quand j’ai renoué avec le milieu il y a deux ans. »

De son propre aveu, Roy Dupuis refuserait de s’embarquer dans une aventure semblable si on lui en faisait l’offre. Il tient toutefois à honorer son contrat avec les producteurs des Rescapés si Radio-Canada leur commandait une troisième saison d’ici la fin de l’année. « J’aime ce que je fais, j’aime la gang et j’ai envie d’aller au bout de cette histoire-là. Mais après ça, fini. »

Au masculin

Dans la deuxième saison des Rescapés, Roy Dupuis reprend son personnage de Gérald Boivin, cet inspecteur de police et père de famille de 1964, parachuté en 2010. Le comédien de 48 ans décrit son alter ego comme un « homme très masculin ».

« Je me suis beaucoup inspiré de mon père pour composer le personnage, indique-t-il. Dans ce temps-là, les gars étaient plus gars. Ils n’avaient pas peur d’affirmer leur masculinité. Ils prenaient de la place. C’était l’époque où les hommes rentraient à la maison, s’assoyaient sur le sofa, sortaient leur journal, pis leur bière arrivait toute seule ! Personne ne posait de questions. Ils l’ont eu plus facile que nous autres. »

Quand on lui mentionne les critiques des Rescapés, qui reprochaient à la série sa trop grande complexité, Roy Dupuis s’emballe. « Tu ne peux pas texter pendant un épisode. Tu dois être attentif, dit-il. Mais il ne faut pas chercher à tout comprendre non plus, parce qu’il y a encore plein de mystères qui n’ont pas été résolus. On a ouvert plusieurs portes dans la première saison. Cette année, on commence à expliquer certaines choses... »

Au cinéma

En mai prochain, Roy Dupuis tournera aux côtés de Fanny Mallette, Samian et Roger Léger dans Roche-papier-ciseaux, le premier long métrage de Yan Lanouette-Turgeon. Le film brossera le portrait d’un jeune Amérindien qui quitte son village pour s’installer à Montréal.

« Mais avant ça, je pars deux mois en Inde », indique l’amateur de voyages.

Quant à Ada, ce projet de film avec Cœur de pirate, Roy Dupuis n’en a pas eu d’échos depuis plusieurs mois. « Le projet n’est sûrement pas mort, mais ça fait un petit bout que j’en ai eu des nouvelles. »

La nouvelle offrande de Pierre Magny raconte l’histoire d’une jeune Montréalaise de 18 ans (Cœur de pirate) qui part à l’aventure en Afrique pour retrouver son père paléontologue qu’elle n’a jamais connu.

Roy Dupuis tiendra aussi l’affiche de Cyanure, un drame de Séverine Cornamusaz dont le tournage s’est terminé le 16 décembre dernier. Cette coproduction Suisse-Canada relate le parcours d’Achille (Alexandre Etzlinger), un jeune garçon de 13 ans qui attend la sortie de prison de son père. « C’est un film qui brise le mythe du gangster américain », explique l’acteur.

Commentaires