/news/politics
Navigation
Sondage

La lune de miel se poursuit

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 1 500 jours après son élection, la lune de miel se poursuit entre le maire Régis Labeaume et la population, laquelle continue de lui accorder un taux très élevé de satisfaction et de confiance.

« C’est un bilan très positif et c’est en continuité avec ce qu’on sonde depuis quatre ans », constate Caroline Roy, vice-présidente du bureau de Québec de Léger Marketing, à la lumière d’un sondage réalisé pour le compte du Journal de Québec et de TVA Nouvelles.

Si des élections avaient lieu à Québec présentement, près des trois quarts des répondants souhaiteraient la réélection du maire Labeaume et de son équipe. Cette donnée ferait l’envie du maire de Montréal, Gérard Tremblay, dont les appuis ont fondu depuis les dernières élections, selon de récents coups de sonde.

La volonté de changement demeure très faible, soit moins du quart des répondants. D’après les sondages réalisés ces dernières années, cette proportion correspond au noyau dur de gens qui n’aiment pas le maire Labeaume et ne l’aimeront jamais, observe Mme Roy.

Indice Labeaume

La très grande majorité des gens (84 %) continue par ailleurs d’être satisfaite du travail accompli par le maire. « C’est ce qu’on appelle l’indice Labeaume : les gens lui accordent une note de 7,4 sur 10 en moyenne. Donc, c’est le statu quo, c’est solide, solide (...), très élevé et stable », note Mme Roy.

Au niveau de la confiance, non seulement plus de la moitié des répondants ont autant confiance en le maire Labeaume, mais plusieurs (24 %) ont déclaré avoir encore plus confiance en lui depuis quatre ans.

Qualités et défauts

Encore une fois, le côté visionnaire du maire ressort comme sa principale qualité chez une personne sur trois, loin devant ses qualités de gestionnaire. Ce qui ressort ici, selon Mme Roy, c’est le maire qui enchante ses citoyens. « C’est le fait que le maire amène une vision à ses citoyens et a la capacité de les faire rêver, dit-elle. On sait le chemin et on sait où on s’en va. »

Une personne sur cinq considère par ailleurs qu’il défend bien l’intérêt de sa ville auprès des gouvernements. Deux fois plus d’hommes que de femmes se sont montrés de cet avis.

Souvent très critiqué, son franc-parler ne semble pas agacer les gens outre mesure. Très peu en ont en effet fait mention (3 %).

C’est plutôt son impulsivité qui ressort de façon marquante. Son manque de consultation (fait toujours à sa tête) et le fait qu’il ne prend pas la critique arrivent ex æquo au second rang de ses plus grands défauts, suivis de son autoritarisme.

Commentaires