/finance/taxes
Navigation
Gaspésia - 13 ans après

Le malheur s'acharne

La municipalité de Chandler hisse le drapeau rouge, submergée par les problèmes socio-économiques

Coup d'oeil sur cet article

CHANDLER | La fermeture de la papetière Gaspésia à Chandler et les problèmes socio-économiques qui en découlent depuis 13 ans ont mené 45 personnes au suicide et fait bondir la maltraitance chez les enfants dans la région. Pour la population, il est grand temps que ça change.

Entre 2004 et 2008, 25 suicides sont survenus dans la MRC du Rocher-Percé et majoritairement chez les hommes en raison d’une profonde détresse liée à la perte d’emplois, note le docteur Christian Bernier, directeur de la santé publique de la région.

Dans le dernier état de santé de la population de cette région en 2008, les taux de suicide étaient déjà alarmants. La problématique s’est malheureusement accentuée depuis et 16 personnes se sont intentionnellement donné la mort en 18 mois, en 2010 et 2011, rajoute Mme Chantale Duguay, directrice du Centre de santé et de services sociaux à Chandler.

Au rythme troublant d’un suicide par mois pratiquement dans la région de Chandler, les organismes veulent régler le problème rapidement.

Gaspésia

M. Bernier et Mme Duguay attribuent cette vague de suicides à la morosité malsaine qui ronge le moral de la population. Aucune entreprise ne s’est installée dans cette région depuis la fermeture de la Gaspésia.

Les divorces, la perte de revenus, la dépendance aux prestations de l’État en découragent plusieurs. « Nous avons effectivement affaire à une société en transition qui se relève difficilement de cette fermeture d’usine », soutient M. Bernier. Ça nous prend des facteurs de motivation pour nous retrousser les manches. »

Détresse

Celle qui dirige le centre hospitalier de Chandler observe effectivement un grand désarroi. « Seize suicides pour une petite population comme la nôtre, c’est deux fois plus que ce qu’on aurait dû avoir sur le plan statistique », s’inquiète Chantale Duguay.

Avec le titre de la MRC la plus pauvre du Québec, la région de Chandler vit aussi un grave problème de négligence et de maltraitance chez les enfants. « Nous avons une augmentation de 47 % des signalements, cette année, on a levé le drapeau rouge et on agit », poursuit Mme Lise Bernatchez, directrice du Centre jeunesse de la MRC.

Elle est préoccupée par les nombreux cas d’enfants violentés, de poupons secoués, brûlés dans une baignoire, menacés de morts par arme à feu ou jetés en bas des escaliers.

« Les familles sont isolées; nous sommes souvent dans un contexte de violence, de consommation d’alcool et de drogue. Nous travaillons à régler ce problème avec l’ensemble des autorités », expose Mme Bernatchez.

Commentaires