/weekend/tv
Navigation
La télé dans la mire

"Mad Men" : une vraie série-culte

"Mad Men" : une vraie série-culte
photo Courtoisie
"Mad Men" : une vraie série-culte
photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Mad Men a commencé bien petite, même pas un million de cotes d’écoute, sur la chaîne câblée américaine AMC. Une vraie misère ! Même à TVA, on serait inquiet d’une nouvelle série qui n’attirerait pas plus de monde, malgré un fort battage publicitaire. Quand la 4e saison a pris fin il y a un an et demi, Mad Men avait quadruplé sa cote d’écoute, mais bien au-delà de cet exploit, la série avait des millions d’aficionados à travers le monde !

En Angleterre où j’ai passé toute la dernière semaine dans les milieux de la télévision, Mad Men est la série dont on parle le plus. Encore plus que Downton Abbey, la série britannique de l’heure que diffuse ITV1. Pourtant, Downton Abbey, qui remporte beaucoup de succès dans plusieurs pays, est écrite sur mesure pour le public anglais. C’est l’histoire de trois descendantes de la famille Crawley qui vivent au début du siècle dans un château. Leur vie est soudain chamboulée par l’arrivée d’un lointain cousin, le véritable héritier de la fortune familiale.

Une avalanche de trophées

On est loin de l’histoire beaucoup plus acide de Mad Men, mais on reste dans la nostalgie, toujours bien consolante dans une période de crise économique et sociale comme celle qu’on traverse. Il y a une quinzaine, j’ai écrit que la série Hill Street Blues est considérée par les experts comme celle qui a eu la plus grande influence sur l’ensemble des séries de télé. Pourtant, Hill Street Blues ne s’est jamais classée dans le top 20 des émissions les plus regardées aux États-Unis. Au moins, la série était diffusée sur NBC, l’un des trois grands réseaux américains. Durant les sept saisons de sa diffusion, Hill Street Blues a obtenu 98 nominations aux Emmy Awards.

Malgré sa diffusion sur une chaîne câblée dont l’auditoire est forcément limité, Mad Men a remporté jusqu’ici 13 Emmys et quatre Golden Globe. Fait inusité qui montre bien le caractère culte de la série, qui a remporté chaque année l’Emmy de la meilleure série dramatique de 2008 à 2011. Jamais la série d’une chaîne câblée n’avait été élue « meilleure série dramatique ».

Le président Obama veut voir la série

Vous voulez avoir une idée de l’influence de Mad Men ? L’une des productrices a reçu, il y a quelques semaines, un message du président Barack Obama lui demandant si on pouvait lui faire parvenir les dvd de la série. Dans sa demande, le président indiquait qu’il était fort intrigué d’être la seule personne de son entourage à ne pas avoir vu Mad Men !

Les Québécois, qui peuvent regarder la série en français à Télé-Québec ou la suivre dans sa version originale à CTV ou sur leur ordinateur par le biais de YouTube ou d’une autre source, ont une raison de plus que tout le monde d’être intéressés par Mad Men.

Jessica Paré, que Denys Arcand avait fait connaître par son long métrage Stardom, a d’abord été « toute petite » dans un rôle de secrétaire à l’agence du mystérieux Don Draper, mais elle est rapidement montée en grade en devenant la flamme du boss. Du coup, son rôle modeste est devenu un rôle vedette.

Scène d’exception pour Jessica Paré

Jessica a même été le « hit » incontesté du premier épisode de la nouvelle saison. Pour la fête-anniversaire organisée en l’honneur de Draper, à la surprise de tous les personnages –et à la nôtre aussi-, elle s’est improvisée chanteuse. Elle a interprété à sa façon, y allant d’une petite danse suggestive, la chanson Zou bisou bisou, que chantait Sophia Loren dans le film The Millionairess, une comédie où elle tenait la vedette avec Peter Sellers.

Quand on pense que la chanson est tout de suite devenue virale sur YouTube, que des journaux de l’importance du New York Times et du Hollywood Reporter ont aussitôt publié des articles spécifiant que c’était un moment génial, c’est dire à quel point Mad Men risque de détrôner Hill Street Blues comme la série la plus « influente » de toute l’histoire de la télévision américaine. C’est dire aussi l’avenir qui attend Jessica Paré !

 

Commentaires
Loading