/news/provincial
Navigation
Tolérance zéro

129 permis suspendus

Coup d'oeil sur cet article

Depuis l’entrée en vigueur de la mesure du zéro alcool pour les conducteurs de 21 ans et moins, quatre jeunes en moyenne voient — quotidiennement — leur permis de conduire suspendu pour 90 jours. Cela sans compter les amendes salées et les quatre points d’inaptitude qui accompagnent cette punition.

Selon les compilations de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), quelque 129 jeunes se sont vus retirer temporairement leur permis entre le 15 avril et le 23 mai. Ces conducteurs avaient entre 10 et 80 mg d’alcool par 100 ml de sang dans le corps. Un nombre semblable de jeunes — 128 pour être précis — ont également perdu momentanément leur permis au cours du même laps de temps. Il s’agit, dans ce dernier cas, de titulaires de permis d’apprenti ou de permis probatoires pour lesquels le zéro alcool s’appliquait déjà.

Sabrina Lapierre, 20 ans, se souviendra longtemps de ses deux bières consommées le 1er mai. À cause de la nouvelle législation, la jeune femme de Jonquière va devoir s’acquitter de la rondelette somme de 500 $.

« Cher la bière »

« J’avais entendu parler du zéro alcool, mais je pensais que ça entrait en vigueur seulement en 2013, a-t-elle ragé. J’ai eu une contravention de 444 $ et des frais d’environ 50 $. En plus, je ne peux pas conduire pendant trois mois. Mettons que ça fait cher la bière. »

Comble de l’ironie, Sabrina a fini par recevoir, le 3 mai, un document de la SAAQ détaillant la mesure gouvernementale du zéro alcool. « C’est choquant de lire tout ça seulement deux jours après m’être fait arrêter », a avoué la jeune femme qui doit désormais se faire conduire à l’école par son petit frère.

Viser le chauffeur désigné

Renaud Poulin, directeur général de la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec (CPBBTQ), continue de s’opposer à une législation « qui classe la population adulte en deux catégories : celle qui peut boire et celle qui ne le peut pas ».

Cela dit, le DG reconnaît qu’il n’y a pas eu de « baisse dramatique » de la clientèle des bars. « De plus en plus d’établissements se concentrent désormais sur les services de raccompagnement. Il y a une tendance générale à ce que le chauffeur désigné se fasse offrir gratuitement toutes ses consommations non alcoolisées », rapporte-t-il.

Celui qui représente entre 1 500 à 1 600 établissements à travers le Québec croit que les effets de la mesure du zéro alcool se feront surtout sentir à long terme. « Il y a une légère baisse de la consommation en ce moment, mais on commencera à avoir une petite idée sur l’impact à la fin de l’année », affirme-t-il.

— Avec la collaboration de Félix Tremblay, de TVA Nouvelles

Autres mesures
Les conducteurs de 16 à 24 ans ne représentent que 10 % des titulaires de permis de conduire. Pourtant, ils commettent 30 % des in­fractions criminelles liées à l’alcool.

D’ici au 30 juin, trois mesures liées à la sécurité routière et à la lutte contre l’alcool au volant entreront en vigueur :

1. Le taux d’alcoolémie toléré pour les conducteurs de véhicules lourds passera de 80 mg par 100 ml de sang à 50 mg.
2. Zéro alcool pour les chauffeurs de bus.
3. Les courses de rue, le « car surfing » et le « couch surfing » seront punis plus sévèrement.
Commentaires