/news/politics
Navigation
Manifestation des juristes

Moreau prône des sanctions sévères

toges
Photo d'Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

L'avocat de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) qui a organisé la manifestation des juristes contre la Loi 78 devrait être sanctionné sévèrement, estime le ministre Pierre Moreau.

 

Le ministre des Transports ne digère pas le comportement de François Desroches, un juriste qui travaille à la SAAQ et qui aurait organisé la grande marche des avocats en toges dans les rues de Montréal lundi soir.

 

«Si c'est le cas, étant donné qu'il s'agit d'un avocat, c'est non seulement un manque de jugement grave de sa part, c'est aussi un manque de loyauté au devoir qu'il lui est imposé en vertu des articles 10 et 11 de la Loi sur la fonction publique et j'espère très sincèrement que l'individu en question sera sanctionné à la hauteur du manque de jugement dont il a fait preuve», a tonné le ministre Moreau mardi, peu après la période des questions à l'Assemblée nationale.

 

M. Desroches s'expose à des sanctions pouvant aller de la réprimande verbale au congédiement, a-t-il signalé.

 

«Moi j'estime qu'un avocat, qui est payé par les taxes des contribuables pour travailler à la SAAQ à autre chose que d'organiser des manifestations de chaudrons dans les rues et je pense que les payeurs de taxes vont être d'accords avec ça et donc que l'individu a manqué de jugement, qu'il devrait être sanctionné sévèrement, c'est mon opinion!», a pesté Pierre Moreau, avant de tourner les talons.

 

Dans un communiqué publié en après-midi, l'Association des juristes de l'État a indiqué que ses membres sont soumis à un devoir de réserve relativement aux activités du gouvernement, des ministères et organismes qui les emploient.

 

«Si des membres de l'AJE ont participé à la marche en toges d'hier à Montréal, cela a été fait de façon spontanée et individuelle, sans aucune implication de l’AJE. Nous pouvons toutefois comprendre la décision de manifester de certains de nos membres compte tenu de la situation qu’ils vivent eux-mêmes », a fait valoir Me Annie Godbout, vice-présidente de l’AJE.

 

Joint par Le Journal, le principal intéressé, François Desroches, s'est refusé à des commentaires pour l'instant. L'autre organisateur de la marche, l'avocat Rémi Bourget, qui pratique en cabinet privé, a tenu à réagir.

 

«Notre marche d’hier avait notamment pour but de dénoncer que la ministre de l’éducation se voit confier dans la loi 78 des pouvoirs exorbitants qui dépassent le cadre du pouvoir exécutif, en lui permettant de s’ingérer dans le processus administratif, judiciaire et même législatif. Il est tout de même ironique que la réaction du ministre Moreau, lui aussi juriste de surcroît, soit de tenter de s’ingérer dans une enquête administrative au sein de son ministère. Il semble que l’autoritarisme de la loi 78 ait déteint sur les membres de l’exécutif. Nous avions raison d’avoir peur », a-t-il signifié au Journal.

Commentaires
Loading