/news/politics
Navigation

Poursuivez-nous, M. Khadir!

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi donc, le cochef de Québec solidaire, Amir Khadir, n'a pas apprécié le titre utilisé à la une du Journal de Québec, mardi matin, pour décrire une image que les policiers ont trouvée dans son domicile.

On y voyait pourtant bel et bien M. Khadir armé et le premier ministre Jean Charest mort à ses pieds. Mais le député de Mercier y a vu un grand complot, une opération «d’intimidation» à son endroit.

Amir Khadir, qui soutient que certaines lois peuvent être bafouées si elles sont «injustes», en a même profité pour renouer avec notre système de justice, en menaçant de poursuivre Le Journal de Québec.

La publication de cette image, soigneusement rangée et bien en vue dans la résidence d’un élu de l’Assemblée nationale, était hautement d’intérêt public.

Il ne s’agit pas ici d’une anecdote dans la vie de M. Khadir. Cette trouvaille de la police s’inscrit dans une séquence d’événements liés à de la violence, qui impliquent le député et ses proches. Elle fait suite à son appel à la désobéissance civile, à son arrestation lors d’une manifestation illégale et à la mise en accusation de sa fille pour divers actes criminels, en marge du conflit étudiant.

Libre à lui

Si M. Khadir pense sérieusement avoir un motif valable pour se plaindre aux tribunaux, qu’il le fasse.

Nous serons heureux d’aller y défendre la liberté de presse et le droit du public à l’information.

- Sébastien Ménard est le rédacteur en chef du Journal de Québec.

 

Commentaires
Loading