/news/health
Navigation
Légionellose

La bactérie se cachait ici

Dans l’édifice fédéral du 330 Gare-du-Palais

Gare du palais
© Photo Jean-François Desgagnés Un test effectué le 1er août a certifié la présence de la fameuse bactérie. On a procédé au nettoyage et à la désinfection de la tour d’eau immédiatement après la confirmation.

Coup d'oeil sur cet article

La Legionella était bel et bien présente, au début du mois d’août, dans le système de refroidissement de l’édifice fédéral situé au 330 Gare-du-Palais, à Québec, confirme Travaux publics Canada.

Vendredi dernier, le ministère des Travaux publics et services gouvernementaux du Canada (TPSGC) a rapporté au Journal la présence de micro-organismes dans la tour d’eau de cet immeuble.

Il n’avait cependant pas été possible d’obtenir plus de précisions. Le TPSGC vient de confirmer qu’un test, effectué le 1er août, a en effet permis de détecter la fameuse bactérie.

« Même si la mesure prise était inférieure au niveau critique, le TPSGC a procédé immédiatement au nettoyage et à la désinfection de la tour d’eau», a transmis le ministère fédéral par courriel.

« De nouveaux tests ont été faits et les résultats concernant la présence de la Legionella étaient négatifs. Le test précédent avait été réalisé le 6 juillet 2012 et les résultats étaient négatifs », a ajouté la porte-parole du TPSGC, Sonia Tangelsen.

Sous analyse

Selon cette dernière, le ministère n’a reçu aucun rapport à l’effet que des occupants de ses édifices fédéraux, à Québec, aient été touchés par la légionellose.

« On peut retrouver différents types de Legionella dans les milieux de prélèvement. On attend les résultats de toutes les tours analysées pour pouvoir tirer des conclusions », a fait savoir, hier, Pascale Saint-Pierre, à la santé publique de Québec.

Il est fréquent de déceler la Legionella dans les tours de refroidissement, même lorsque l’entretien est bien fait. Pour que la bactérie représente une menace pour la santé, sa concentration et sa dispersion doivent être importantes.

Le dernier bilan de la santé publique fait état d’une déclaration additionnelle. La personne a été infectée avant la mi-août.

Enquête publique

La coroner Catherine Rudel-Tessier, qui rentre tout juste de vacances, a par ailleurs été désignée pour faire la lumière sur la douzaine de décès liés à la légionellose.

Le temps d’assembler tous les éléments de l’enquête, les auditions ne se tiendront vraisemblablement qu’au début de 2013, au palais de justice de Québec.

Les organisations et personnes appelées à témoigner ne pourront pas s’y soustraire. Le coroner chargé d’une enquête publique doit être avocat et enquêteur. Il a un pouvoir de recommandations, sans leviers légaux.

C’est Me Catherine Rudel-Tessier qui a dirigé l’enquête publique sur les seize décès liés au C. difficile, à l’hôpital Honoré-Mercier de Saint-Hyacinthe, en février 2007. Elle avait blâmé l’établissement dans son rapport déposé sept mois plus tard.

— Avec la collaboration

de Dominique La Haye.

Commentaires