Actualité | Éducation

Concordia

Contrat en or pour le recteur

Le recteur de Concordia touchera plus de 430 000 $ par année en salaire et avantages

Sarah-Maude Lefebvre

Sarah-Maude Lefebvre @

Journal de Montréal, Publié le: | Mise à jour:

Contrat en or pour le recteur

Photo Archives / Agence QMI

Le campus Sir-Georges-Williams de l'Université Concordia, au centre-ville de Montréal.

Pointée du doigt à plusieurs reprises pour les généreuses indemnités de départ qu’elle verse à ses cadres, l’Université Concordia vient d’offrir un contrat en or à son nouveau recteur, qui comprend entre autres une allocation de 4 200 $ par mois pour sa résidence.

Le nouveau recteur et vice-chancelier Alan Shepard, entré en fonction en août dernier, s’est vu offrir un contrat plus qu’avantageux, a appris le Journal.

Malgré son salaire élevé de 357 000 $, ce qui représente une hausse de 7 000 $ par rapport à son prédécesseur Frederic Lowy, M. Shepard reçoit une allocation de 50 400 $ par année pour sa résidence.

L’administration de Concordia estime que le nouveau recteur sera appelé à recevoir des invités à sa résidence personnelle et qu’il a donc été obligé d’acheter une maison plus grande que ses besoins, d’où le dédommagement.

L’immatriculation aux frais du contribuable

Concordia offre également un montant de 1 200 $ par mois à M. Shepard pour l’achat ou la location d’une voiture.

L’université va encore plus loin : elle prendra à sa charge toutes les dépenses reliées à l’utilisation de la voiture, comme les frais d’immatriculation et d’assurance ainsi que l’entretien du véhicule.

Concordia a également doublé le montant accordé pour les formations professionnelles qui sera de 10 000 $ par année.

Enfin, le nouveau recteur, qui occupait auparavant la fonction de vice-recteur exécutif aux affaires académiques à l'Université Ryerson, à Toronto, a obtenu que toute sa famille se fasse offrir gracieusement des cours de français.

« Raisonnable », selon Concordia

Il a été impossible de parler à M. Shepard, ce dernier ayant décidé ne pas accorder d’entrevue aux médias d’ici son «installation officielle», à la fin octobre.

Pour le président du conseil d’administration de l’université, Norman Hébert, le contrat de travail du nouveau recteur est «raisonnable».

«Tous les bénéfices sont imposables, rappelle-t-il. C’est un contrat compétitif pour le marché actuel. On investit dans M. Shepard pour qu’il fasse rayonner l’université et, si c’est le cas, c’est tout le monde à Montréal qui va en ressortir gagnant.»

«Nous sommes conscients que la rémunération des cadres universitaires est un important sujet d’actualité, plaide M. Hébert. Mais il faut savoir recruter et retenir les meilleurs éléments.»


• M. Shepard est le troisième dirigeant d’université le mieux payé au Québec, après Heather Munroe-Blum de l’Université McGill (587 000 $) et Guy Breton de l’Université de Montréal (365 000 $).

- Avec la collaboration de Serge Laplante

Vos commentaires

Croyez-vous que les universités devraient revoir à la baisse la rémunération de leurs cadres?

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus