Actualité | Québec

intimidation | J-F Morasse

« J’ai peur, je trouve ça dégoûtant »

Nicolas Lachance

Nicolas Lachance @

Publié le: | Mise à jour:

Jean-François Morasse

Photo d'archives, Jean-Claude Tremblay

Jean-François Morasse

Jean-François Morasse vit de grandes inquiétudes parce que ses informations personnelles, dont son numéro de téléphone et l’adresse de son ex, ont été diffusées sur Facebook.

Celui qui a déposé une injonction contre Gabriel Nadeau-Dubois se sent intimidé et il compte bien déposer une plainte formelle au SPVQ concernant ce qu’il décrit comme «un crime».

«Je trouve ça très lâche de leur part», a affirmé M. Morasse, expliquant qu’il croit être la tête de Turc du conflit. «On dirait bien que de faire respecter ses droits, c’est mal vu.»

Ce sont des amis de M. Morasse qui l’ont mis au courant et il s’est senti en danger. «J’ai paniqué. Ça met la vie de quelqu’un en danger et ça n’a pas de bon sens, a-t-il dit. Ça ne me surprend pas parce que l’intimidation était l’outil de prédilection du conflit, avant même l’injonction.»

Un groupe anonyme portant le nom de Les réseaux a publié les informations de Jean-François Morasse, vendredi dernier. Ils se présentent comme «les organisateurs de manifs-actions de partout au Québec».

Selon M. Morasse, la situation serait aussi grave si l’adresse et le numéro de téléphone de Gabriel Nadeau-Dubois avaient été publiés. «Il s’agit de sa vie privée et ce n’est pas un conflit entre lui et moi, il n’y a donc rien qui justifie ça», a-t-il signalé.

Ancienne adresse

Cependant, ce n’est pas la bonne adresse qui a été rendue publique sur Internet, mais celle de son ex.

«Il n’a pas dormi là, hier, et la police surveille l’appartement, a souligné M. Morasse. Il a déplacé sa voiture. C’est terrible de faire vivre ça à quelqu’un qui n’a aucun rapport avec ça et je pense que c’est criminel.»

Nadeau coupable

Rappelons que, dans cette histoire, Gabriel Nadeau-Dubois a été trouvé coupable d’outrage au tribunal, la semaine dernière, après que M. Morasse eut déposé une injonction.

«Il y a des lois dans notre pays et il faut les respecter et moi j’ai demandé cette requête-là afin que ma liberté d’aller à mes cours soit justement respectée», a notamment réitéré Jean-François Morasse.

Le procureur avait exprimé le désir que l’ancien porte-parole de la CLASSE reçoive une peine de prison, ce que Morasse ne partage pas.

«Je ne crois pas qu’une peine de prison soit nécessaire, car la situation est revenue au calme, a-t-il mentionné. Reste que j’ai pleinement confiance au procureur qui me représente.»

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus