/news/currentevents
Navigation
Immigration | Visa

Dingues du Québec

Les Français se ruent désormais sur les visas simplifiés octroyés par Ottawa

Dingues du Québec
Photo le journal de montréal, Anne-Laure Jeanson Alix Neyvoz, 23 ans, venue en vacances au Québec l'année dernière, a eu le coup de cœur pour Montréal. Elle est revenue avec le programme Vacances-Travail pour travailler comme designer graphiste.

Coup d'oeil sur cet article

Les Français se bousculent de plus en plus pour venir au Canada, surtout au Québec. Il y a trois ans, les 7000 visas vacances-travail offerts par Ottawa étaient partis en trois mois. Cette année, ils se sont envolés en trois jours.

«J’ai cinq amies qui viennent de faire leur demande», s’exclame Alix Neyvoz, arrivée à Montréal dans le cadre du programme Vacances-Travail 2012 (PVT) l’été dernier.

La jeune femme de 23 ans est venue au Québec en vacances l’année dernière. «Ça m’avait vachement plu. Je voulais, mon diplôme en poche, revenir travailler ici», dit-elle assise dans le bureau dans une agence montréalaise de graphisme.

Le PVT a permis à Alix Neyvoz, comme à des milliers d’autres Français, depuis 10 ans, de venir fouler le sol canadien sans trop de difficultés.

«C’est une demande relativement simple, confirme Laure Caillot, administratrice du site PVTistes.net. Il faut avoir entre 18 et 35 ans, fournir son CV, une lettre de motivation et remplir rigoureusement quelques formulaires administratifs.»

La Française de 32 ans et son conjoint sont aussi arrivés au Québec grâce au PVT. Très rapidement, ils ont su qu’ils voulaient rester et ont alors poursuivi leurs démarches pour obtenir leur résidence permanente.

«Ce que l’on aime ici, c’est la qualité de vie. Sur le plan professionnel, on m’a laissé ma chance», ajoute-t-elle.

Un engouement certain

Le jour de l’ouverture du programme sur le site de l’ambassade du Canada en France, le 7 novembre, le site d’informations PVTistes.net a connu un pic d’affluence.

«Nous avons eu 55 000 visiteurs cette journée-là, c’est beaucoup plus que les autres années», note Mme Caillot.

Le ministère des Affaires étrangères indique pour sa part que 14 000 formulaires ont été téléchargés sur le site de l'ambassade, pour un total de 6750 places.

«Près de 72h après l'ouverture du programme, plus de 7 500 demandes avaient été reçues par la poste», écrit le porte-parole du ministère, Ian Trites.

Plusieurs facteurs en cause

Selon Laure Caillot, les médias français relaient beaucoup cet engouement pour le Canada et le Québec.

«Tous les déçus de l’année précédente se rajoutent à ceux qui tentent leur chance pour la première fois», dit-elle.

L’expérience à l’étranger, valorisée dans un CV, pourrait être aussi un élément de réponse.

«Cela fait 25 ans qu’en France, on fait la promotion des expériences à l’étranger. Avant c’était les étudiants universitaires qui y avaient droit. Avec le PVT, tous les jeunes y ont maintenant accès», poursuit-elle.

«Rassurant»

Le Québec est la première destination choisie. «Parmi nos membres, 65 % arrivent à Montréal. Il y a le côté rassurant de la langue», convient Mme Caillot.

«  Sur le plan professionnel, on m’a laissé ma chance. »
– Laure Caillot
Commentaires