Spectacles | Spectacles

Patrick Watson

Performance lumineuse

Le quatuor a envoûté le Grand Théâtre

Cédric Bélanger

Cédric Bélanger @

Journal de Québec, Publié le: | Mise à jour:

 Patrick Watson

© Photo René Baillargeon

Dans une salle Louis-Fréchette bondée, Patrick Watson (photo) et ses trois compères ont fait les délices des spectateurs.

Les concerts de Patrick Watson à Québec sont toujours des événements courus parce qu’on sait que la qualité sera chaque fois au rendez-vous. N’empêche, d’une fois à l’autre, le groupe montréalais réussit à nous jeter sur le cul.

Majestueux au Pigeonnier dans une formule carte blanche lors du dernier Festival d’été, Patrick Watson et ses complices ont été lumineux, mardi soir, au Grand Théâtre, où ils offraient un des derniers concerts de la tournée de l’album Adventures in Your Backyard, paru au printemps et acclamé, avec raison, par la critique et les fans.

Dans une salle Louis-Fréchette bondée, où on avait eu la bonne idée de retirer les premières rangées de sièges pour permettre au public de s’agglutiner près de la scène, le quatuor a transcendé les versions sur disques de ses chansons, les transformant en mini-pièces de théâtre aux multiples rebondissements.

Que l’ensemble se lance dans de grandioses envolées ou mise sur la simplicité, on avait l’impression de vivre un moment d’intimité avec Watson. Comme si le groupe venait déposer délicatement chacune de ses mélodies dans le creux de l’oreille de chaque spectateur.

Ombre et lumières

C’est dans la pénombre que Patrick Watson s’est présenté sur scène, exécutant au piano les premières notes de Lighthouse, la superbe pièce d’ouverture du dernier album.

Il a été rejoint par ses musiciens, dont on pouvait suivre le travail grâce à une petite lumière qui illuminait leurs mains.

La mise en scène était d’ailleurs d’une belle simplicité. De discrètes projections lumineuses et deux séries écrans circulaires évoquant la forme d’un porte-voix épaulaient le travail de Watson, du guitariste Simon Angell, du bassiste Mishka Stein, du batteur Robbie Kuster, de la violoniste Mélanie Bélair et du trompettiste David Carbonneau.

Watson en transe

La première partie de la soirée a été surtout consacrée aux chansons d’Adventures in your Backyard et nous a valu les premiers frissons pendant The Quiet Crowd. Puis, Man Like You, extraite de Wooden Arms et chantée par un Watson en transe, ainsi que Into Giants, pendant laquelle les musiciens se sont regroupés au centre de la scène, ont été saluées par une bruyante ovation.

Parmi les autres bons moments, et il y en a eu plusieurs, soulignons cette superbe pièce instrumentale livrée à mi-parcours, une version musclée de Luscious Life, le monologue hilarant de Watson, qui a raconté l’histoire de la chanson Big Bird in a Small Cage avec son français cassé rempli de jurons québécois, et une Noisy Sunday envoûtante. La foule était en liesse et en redemandait.

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus