/slsj
Navigation
Immigration

De la chaleur au grand froid

Des immigrants nigériens installés à Alma racontent le défi qu'ils ont affronté

immigrants
Photo Jean Tremblay, Agence QMI
Samaila Malam, Aisso Adamou et leur fils âgé de deux mois et demi Almoustapha Malam. Originaires du Niger, ils ont adopté Alma comme terre d’accueil.
immigrants
Photo Jean Tremblay, Agence QMI
Samaila Malam, Aisso Adamou et leur fils âgé de deux mois et demi Almoustapha Malam. Originaires du Niger, ils ont adopté Alma comme terre d’accueil.

Coup d'oeil sur cet article

L’immigrant qui s’installe au Québec doit saisir toutes les occasions qui se présentent pour se sociabiliser. Sinon, l’ennui s’installe et le désir de retourner dans le pays d’origine devient son pire ennemi. Samaila Malam et sa conjointe, Aissa Adamou, en savent quelque chose.

L’immigrant qui s’installe au Québec doit saisir toutes les occasions qui se présentent pour se sociabiliser. Sinon, l’ennui s’installe et le désir de retourner dans le pays d’origine devient son pire ennemi. Samaila Malam et sa conjointe, Aissa Adamou, en savent quelque chose.

Nigériens d’origine, ils ont décidé de vivre à Alma, au Lac-Saint-Jean. Ils sont passés par toute la gamme des émotions pour réussir là ou plusieurs échouent.

Habitués en janvier à un thermomètre moyen de 34 degrés au Niger, leur choc culturel a été douloureux, avec des pointes jusqu’à -35 degrés au Québec. Après avoir vaincu leur premier hiver, «Portes ouvertes sur le lac» les a grandement aidés. L’organisme soutient ceux qui choisissent le Lac-Saint-Jean comme terre d’accueil.

«Je siège aujourd'hui sur le conseil d’administration de l’organisme. On constate que le plus grand défi des immigrants est d’obtenir la confiance des gens et de la gagner envers vous. Ça semble facile pour un Québécois face à un immigrant, mais pour nous ce ne l’est pas», dit Samaila Malam.

Diplôme d'ingénieur

L’arrivée dans la vie du couple du jeune Almoustapha, âgé de deux mois et demi, est venue confirmer la réussite de leur projet de vie.

Contrairement à plusieurs immigrants originaires d’Afrique, Samaila avec en poche un diplôme d’ingénieur français, a choisi le Québec non pas pour fuir un pays où le climat social est explosif, mais pour offrir à sa conjointe une meilleure qualité de vie.

«Au Niger, les emplois d’ingénieur sont beaucoup moins intéressants qu’ici. C’est lorsque j’étudiais en France que nous avons décidé moi et une dizaine d’amis de choisir le Québec comme terre d’accueil.»

Dédales administratifs

À l’époque, Samaila est célibataire. Après dix-huit mois de tracasseries administratives, il réussit à s’envoler pour le Québec.

«La paperasse administrative est incroyable. Il faut être confiant et surtout très patient pour réussir. En cours de route, plusieurs se découragent. Finalement, je suis retourné quelques semaines au Niger pour plier bagages et en juin 2009, j’ai atterri à Montréal. Ma conjointe m’a suivi un an plus tard.»

En peu de temps, il obtient un premier emploi chez Gencotech à Saint-Gédéon et un second par la suite chez Construction Proco à Saint-Nazaire. On lui confie les dossiers de calcul de structures.

Commentaires
Loading