/sports/others
Navigation
Kitesurf

Un défi audacieux

Catherine Dufour veut devenir championne du monde en 2015

Coup d'oeil sur cet article

Personne ne pourra reprocher à Catherine Dufour de manquer ­d’ambition. Pratiquant un sport ­marginal et méconnu, le kitesurf, l’athlète de l’île aux Coudres s’est lancé un défi audacieux : devenir championne du monde de kitesurf en 2015.

Le kitesurf est un sport de voile de traction combiné à un sport de glisse, pouvant se pratiquer sur l’eau (kitesurf) ou sur la neige (snowkite). Il s’agit d’une discipline encore marginale au Québec et au Canada, puisqu’elle n’existe que depuis une dizaine d’années.

Après avoir commencé sa carrière en snowkite en 2009, Catherine Dufour se concentre presque uniquement sur le kitesurf. Elle espère devenir championne québécoise en 2013, puis nord-américaine en 2014, avant de s’attaquer à l’élite mondiale.

De la neige vers l’eau

Pourtant, elle avait connu sa part de succès sur la neige. Championne québécoise de la discipline, puis double vice-championne du monde de snowkite, où elle participait à des compétitions mixtes, elle a tout de même décidé de faire la transition vers la course sur l’eau.

«Je trouvais que le circuit était beaucoup plus développé et il y avait plus de potentiel pour moi sur l’eau», soutient l’athlète de 26 ans.

Chose certaine, elle n’a pas eu de mal à s’adapter.

Après seulement un mois et demi d’expérience sur l’eau, la planchiste a pris le huitième rang lors des Championnats nord-américains à San Francisco en juillet.

«Plusieurs professionnels d’expérience ont dit après cette course qu’il s’agissait des conditions les plus difficiles qu’ils n’avaient jamais expérimentées», explique-t-elle avec fierté.

Un mois plus tard, en août, elle devenait vice-championne canadienne. C’est toutefois en octobre qu’elle a réalisé qu’avec de l’entraînement, elle pourrait rivaliser avec la crème mondiale. Lors du Championnat du monde de l’Association internationale de kitesurf (IKA), à Cagliari, en Italie, elle a pris le 32e rang.

«En moyenne, j’ai pris le 26e rang lors des compétitions auxquelles j’ai pris part. J’ai donc battu près de la moitié des 42 femmes inscrites. C’est de bon augure, compte tenu que je n’avais que trois mois d’expérience. J’ai décidé de bâtir là-dessus.»

Discipline olympique?

Certains pourparlers ont eu lieu afin d’inclure le kitesurf aux Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro, mais en vain. Catherine Dufour nourrit toutefois l’espoir de voir sa discipline devenir olympique en 2020.

«Je souhaite non seulement y participer, mais y revenir avec une médaille d’or. Je sais que ce n’est pas officiel, mais je m’entraîne comme si ça allait arriver.»

Pour l’instant, l’IKA ne fait pas encore officiellement partie de la Fédération internationale de voile (ISAF).

«La Fédération est très intéressée à intégrer le kitesurf. C’est un sport en explosion à travers le monde. C’est spectaculaire!»

Commentaires