/news/provincial
Navigation
Bureau de poste

Une fermeture controversée

Coup d'oeil sur cet article

Les marchands et les clients des Galeries de la Capitale, à Québec, s’opposent farouchement à la fermeture du bureau de poste dans le centre commercial. Pétition de 3000 noms à l’appui, ils demandent à Postes Canada de revenir sur sa décision.

 

À moins d’un revirement de dernière minute, le bureau de poste des Galeries de la Capitale fermera définitivement ses portes le 15 février. Cette décision déçoit les 280 détaillants, pour qui il s’agit d’un service essentiel.

«Il est tout à fait illogique de fermer le bureau de poste. La rationalisation a ses limites et elle ne doit pas se faire à n’importe quel prix», a déclaré Yves Bois, directeur général du centre commercial qui attire près de 200 000 personnes par semaine.

La société de la Couronne, qui a enregistré un déficit de 327 millions l’an dernier, affirme de son côté que les revenus étaient en déclin à cet endroit depuis cinq ans. Avec huit comptoirs postaux dans un rayon de cinq kilomètres, Postes Canada assure que la population continuera d’être bien servie.

«On peut avoir un attachement émotionnel à un bureau de poste, sauf que nous, on doit regarder ça au niveau des affaires. Les gens n’achètent plus autant de timbres. Ils n’envoient plus autant de lettres. C’est une réalité qui demande de prendre des décisions difficiles», a déclaré la porte-parole de Postes Canada, Anick Losier.

Les résultats pour la période des Fêtes ont été très décevants pour Postes Canada avec une baisse du volume d’affaires de 10 % à 20 % à travers le pays, ce qui laisse croire que l’environnement change encore plus vite que prévu. D’ailleurs, depuis un an, c’est la troisième fois qu’un bureau de poste ferme ses portes à Québec.

«C’est déplorable! Malgré la pression des commerçants, Postes Canada fait la sourde oreille», a dénoncé Alain Ferland, président du syndicat des travailleurs des postes.

Trois employés touchés

Trois employés seront touchés par cette fermeture. Pour le conseiller indépendant à la Ville de Québec, Patrick Paquet, les conservateurs risquent de subir les contrecoups de cette fermeture.

«S’ils veulent séduire Québec pour faire élire des députés aux prochaines élections, c’est une mauvaise décision», a-t-il réagi.

La députée néo-démocrate Alexandrine Latendresse déposera la pétition à la Chambre des communes lors de la reprise des travaux, à la fin du mois.

Commentaires