/lifestyle/interviews
Navigation
Rencontre avec Kim Auclair

À l'écoute de son instinct

Kim Auclair
© Photo Simon Clark Kim Auclair, co-fondatrice de Niviti.

Coup d'oeil sur cet article

Être malentendante n’a pas empêché la fougueuse ­présidente de Niviti, Kim Auclair, de créer trois entreprises, et ce, à 28 ans. Elle a la fibre entrepreneuriale bien ancrée en elle.

Être malentendante n’a pas empêché la fougueuse ­présidente de Niviti, Kim Auclair, de créer trois entreprises, et ce, à 28 ans. Elle a la fibre entrepreneuriale bien ancrée en elle.

Kim Auclair a fondé ses deux premières entreprises pendant ses études collégiales en graphisme. Elle a débuté avec Mikimya, en 2003, et a entretenu cette compagnie seule, à titre de travailleuse autonome, pendant cinq ans. Mme Auclair a ensuite choisi de s’associer et de déménager à Montréal afin de poursuivre ses activités professionnelles. Deux ans plus tard, en 2009, ne se sentant plus heureuse, elle décide de quitter l’entreprise qu’elle avait créée et de tout recommencer à zéro.

Vocation communautaire

Sa deuxième entreprise, MacQuébec, une communauté Web d’utilisateurs de produits Apple du Québec, a pris naissance en 2005. À ce jour, 600 000 visiteurs se rendent annuellement sur ce site Internet. Mme Auclair explique avoir appris sur le tas, de façon autodidacte. «Mon école, c’est MacQuébec, une entreprise à vocation communautaire qui va de l’avant et fait travailler plusieurs bénévoles!»

En 2009, alors que les médias sociaux font de plus en plus jaser, la jeune entrepreneure choisit de travailler à son compte, durant un peu plus d’un an. C’est-à-dire, jusqu’à ce qu’elle retrouve un nouveau nom d’entreprise. «J’ai alors cofondé Niviti avec un partenaire, mais ça n’a fonctionné que quatre mois et j’ai poursuivi seule ce projet.»

L’entreprise, officiellement créée en janvier 2011, «aide les décideurs à se démarquer sur le Web en placant à l’avant-plan la culture ainsi que les valeurs de leur entreprise, ajoute Kim Auclair.

«J’ai un profil d’entrepreneur qui se démarque en mettant à l’avant-plan les valeurs profondes d’un projet afin de lui donner de la visibilité et ainsi faire en sorte que tout le monde en parle», affirme Mme Auclair.

Présentement, l’entreprise roule bien, «et j’ai toujours envie de la faire bouger afin de la faire progresser», avance l’entrepreneure, qui aime être en mode création et animation. «Avec Niviti, j’aimerais bâtir la même sorte d’équipe qu’avec MacQuébec, c’est-à-dire une entreprise où chaque membre devient un ambassadeur de l’entreprise.»

Mentorat

«J’ai eu des mentors très jeune. J’ai beaucoup de misère à imaginer mon parcours sans le mentorat tellement ça a été utile pour moi, affirme Kim Auclair. Ce n’est pas en recevant un million de dollars que tu deviens entrepreneur parce que même si tu as cette somme, tu dois apprendre à gérer, à t’entourer et à te développer en tant qu’individu.»

Après avoir jeté des bases solides, Kim Auclair a comme objectif, pour 2013, de structurer davantage Niviti et d’engager deux de ses ressources à temps partiel, à temps plein, tout en évaluant la possibilité de s’adjoindre les services d’un nouvel employé. «Au début, tu veux toujours aller trop vite, mais il est important d’avoir une structure derrière ton idée pour assurer l’avenir de l’entreprise et la monter», conclut la présidente.

Commentaires