/news/currentevents
Navigation
Disparition de Marilyn Bergeron

L'espoir perdure

Andrée Béchard
Photo Simon Clark Andrée Béchard, la mère de Marilyn Bergeron, est envahie par les émotions lors du point de presse tenu au Café Dépôt de Saint-Romuald, dernier endroit où sa fille a été vue.

Coup d'oeil sur cet article

Cinq ans ont passé depuis que Marilyn Bergeron a disparu sans laisser de trace. Mais rien n’est perdu pour ses proches, qui reprennent les recherches avec l’appui d’Enfant-Retour Québec. 

Ce triste anniversaire est marqué par un brin d’espoir. Une nouvelle campagne afin de retrouver la jeune femme est commencée dans les 66 Café Dépôt de la province. De plus, la photo de Marilyn a été ajoutée sur des enveloppes de la CIBC et Rogers, rejoignant près d’un million de personnes au Canada.

La mère de la disparue, Andrée Béchard, estime qu’il faut revenir à la source afin de trouver une piste. «On demande à la population de collaborer de nouveau, car des gens ont peut-être de l’information à transmettre. On revient à la case départ, du moment où elle a été aperçue la dernière fois, dit-elle. Peut-être que des gens doutent ou n’ont pas osé parler encore. Ça pourrait peut-être nous rendre à Marilyn.»

Plusieurs thèses

Le 17 février 2008, Marilyn a quitté le domicile familial avant d’arrêter à un guichet automatique de la caisse populaire Desjardins à Loretteville. Le jour même, elle a été vue pour la dernière fois dans un Café Dépôt de Saint-Romuald s’achetant un café. Elle avait alors 24 ans.

Le suicide a longtemps été la principale hypothèse retenue par les enquêteurs. Toutefois, depuis novembre 2012, ce n’est plus le cas. «Les enquêteurs nous ont dit, sans expliquer pourquoi, que tout était possible et pris en considération, affirme la mère de la disparue. Toutes les hypothèses sont possibles et sur le même pied d’égalité dans le cas de Marylin.» 

Impossible deuil

D’ailleurs, pour la famille, le deuil est impossible et chaque geste, même cinq ans après la disparition, tourne autour de Marilyn. «Sur le plan personnel, une disparition, ça se vit au quotidien. Ce n’est jamais résolu et c’est une très longue absence, a affirmé Mme Béchard. On ne part plus sans téléphone cellulaire et sans faire de transferts d’appels de peur de manquer une information importante concernant Marilyn.»

Commentaires