Actualité | Québec

Amphithéâtre

200 000 $ d’économie

Marc-André Gagnon

Marc-André Gagnon @

Publié le: | Mise à jour:

François Picard

Photo d'archives, Simon Clark

François Picard, vice-président du comité exécutif.

Après avoir annoncé une dépense de un million en frais d’excavation supplémentaires, la Ville de Québec vient d’économiser 200 000 $ en accordant le contrat pour le système de paratonnerres de l’amphithéâtre. 

«C’est un soumissionnaire qui a donné une soumission d’environ 200 000 $ de moins que l’estimé; c’est quand même une bonne nouvelle», s’est réjoui François Picard, vice-président du comité exécutif de la ville de Québec, lorsque questionné par le Journal de Québec à ce sujet, vendredi.

Alors que les meilleurs prix, lors de processus d’appels d’offres publics, sont souvent obtenus lorsque de chaudes luttes se dessinent entre plusieurs soumissionnaires, dans ce cas-ci, il semble n’y avoir eu aucune concurrence.

Une seule entreprise, LP Grenier, de Québec, a répondu à l’appel d’offres lancé par la Ville de Québec. Sa proposition, qui se chiffre à 195 966 $, a été jugée conforme et donc acceptée.

Un sommaire décisionnel du comité exécutif révèle que le bureau de projet de l’amphithéâtre avait évalué ce contrat à 415 000 $, soit plus du double que le contrat qui vient d’être accordé.

De nombreux appels d’offres pour des contrats avec l’amphithéâtre seront lancés au cours des prochaines semaines. Des lots seront prochainement subdivisés, a fait savoir M. Picard, ce qui devrait amener plus de soumissionnaires, donc plus de concurrence.

Ascenceurs

Le prochain contrat qui sera octroyé est celui des ascenseurs. Les résultats devraient être connus «dans les prochains jours», selon M. Picard.

«On espère aussi qu’il y aura de bonnes nouvelles. À peu près tous les résultats d’appels d’offres présentement sont en deçà des estimés, a remarqué M. Picard. Ça, en soi, c’est une bonne nouvelle aussi.»

Réponse pour ADF?

La bonne nouvelle la plus attendue, à ce moment-ci, demeure toutefois l’autorisation de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et de l’Unité permanente anticollusion (UPAC) au Groupe ADF, qui a remporté l’appel d’offres pour ériger la structure.

Le chef de la direction financière du Groupe ADF, Jean-François Boursier, s’est montré plus positif que jamais, vendredi, lorsque contacté par le Journal.

Les dernières communications entre l’entreprise et l’AMF font croire à M. Boursier que le processus serait sur le point d’être complété,

«C’était vraiment du complément d’information, a raconté M. Boursier. J’ose espérer, en me croisant les doigts, qu’ils en sont à la finalisation, à s’assurer que tout est ficelé avant de pouvoir émettre le certificat, et qu’on va avoir de bonnes nouvelles bientôt.»

«On y croira lorsqu’on le verra; pour nous, c’est déjà cinq jours de retard, a pour sa part laissé tomber l’attaché de presse du maire de Québec, Paul-Christian Nolin. Si c’est correct d’un côté, c’est tant mieux, mais ce n’est pas encore le O.-K. que ça prend pour commencer. On continue d’espérer que ça va se régler rapidement.»

— Avec la collaboration de Nicolas Lachance

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus