/news/politics
Navigation
Propos «absurdes» et «grossiers»

Lisée demande des excuses à Bonnardel

 Jean-Francois Lisée
Photo les archives, Jean-François Desgagnés
 Jean-Francois Lisée
Photo les archives, Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Jean-François Lisée a livré, lundi, une charge à fond de train contre les propos «absurdes» et «grossiers» du caquiste François Bonnardel, qui a affirmé que Montréal «était morte».

«S’il travaillait à Radio X à Québec, ça serait normal, mais M. Bonnardel ne travaille pas à Radio X. Et même encore, je trouve que c’est faire offense à cette radio que de la comparer à M. Bonnardel», a dénoncé le ministre responsable de Montréal.

«Il doit des excuses à tous les Montréalais, qui sont vraiment bien vivants», a demandé M. Lisée, en entrevue au Journal. Il trouve indécent qu’un «membre de l’Assemblée nationale ose dire que la métropole du Québec est morte.»

François Bonnardel avait affirmé, samedi au Journal, que «Montréal est morte présentement ou presque à l’agonie. Je pense que dans ce contexte, il faut la soutenir». Il justifiait ainsi le «plan sud» de son parti, dévoilé en fin de semaine dans le cadre du premier conseil général de la CAQ, à Boucherville.

« Ils ont abandonné »

M. Legault avait annoncé, à ce moment, qu’il couperait la moitié des actuels crédits d’impôt aux entreprises pour réinvestir le pactole de deux milliards par année dans un fonds pour développer des parcs industriels sur des terrains inexploités aux abords du fleuve Saint-Laurent, y compris dans l’Est de la métropole.

«Ils ont essentiellement abandonné l’île de Montréal pour faire campagne dans la couronne. Si quelqu’un a abandonné Montréal, c’est la CAQ», a déploré M. Lisée.

M. Lisée soutient qu’il faut faire une distinction entre «le fait qu’il y ait de la collusion et des problèmes de congestions routières» et la vitalité de l’économie montréalaise.

Il croit d’ailleurs que la proposition de François Legault de sabrer deux milliards de crédit d’impôt aux entreprises aura un effet néfaste sur l’économie de la métropole. «Il va y avoir des pertes d’emploi pour son projet à lui. Ce n’est pas à coût nul», croit ce dernier.

« Y aller plus souvent »

Le porte-parole libéral en matière de développement économique, Laurent Lessard, conseille aussi à M. Bonnardel de «prendre sa voiture et d’y aller plus souvent» avant de dire qu’elle est morte.

«M. Legault n’a pas un discours pour le Québec. Il n’a pas une vision pour le Québec tel qu’il l’est. Il a les yeux tournés sur l’autoroute 20 entre Québec et Montréal. Curieusement, c’est probablement là qu’il s’est fait élire», a dénoncé M. Lessard. «Si t’es pas sur le long du corridor d’eau, tu es exclu», dénonce-t-il.

Commentaires
Loading