/sports/hockey/canadiens
Navigation
Construction de l'Amphithéâtre

Une rondelle du Canadien placée dans un pieu du nouvel amphithéâtre

Construction de l'Amphithéâtre
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Gracieuseté d’un employé du chantier de construction, une rondelle officielle de hockey à l’effigie du Canadien Montréal se trouve dans l’un des pieux du futur nouvel amphithéâtre, ce qui a provoqué de vives réactions, hier, plusieurs «craignant le mauvais sort».

Éric Rivest, qui travaille pour l’entreprise montréalaise Pétrifond, spécialisée en fondations de chantier, s’est filmé au moment de commettre le geste qu’il a ensuite publié sur son mur Facebook, le 27 novembre 2012. «Et voilà, les Nordiques, on vous a dans la tête!», a-t-il crié, en laissant tomber la rondelle dans le béton coulant, afin de former l’un des pieux du nouveau Colisée.

Depuis, les réseaux sociaux se sont enflammés et plusieurs personnes se demandent déjà comment contrer le «mauvais sort» que pourrait entraîner ce geste. Les commentaires exprimés concernant Éric Rivest vont dans tous les sens, des témoignages d’appui aux attaques virulentes.

Le principal intéressé ne s’attendait pas que à ce que son geste crée un si gros scandale, d’autant plus qu’il se dit un partisan des Nordiques de Québec depuis toujours. «J’ai fait ça pour être au-dessus du Canadien», a-t-il affirmé, indiquant à CHOI n’avoir rien à dire à ses détracteurs.

Le thérapeute, psycho-hamanologue Jean-Jacques Dubois, spécialiste des mauvais sorts, explique que les partisans des Nordiques doivent dédramatiser le geste afin de contourner la malchance provoquée par le sort. «Il faut tourner ça sous forme humoristique et de moquerie envers ceux qui ont porté un tel geste», a-t-il mentionné, relatant que le sortilège peut s’imprégner plus intensément lorsqu’il touche l’imaginaire d’un grand groupe.

Réactions

Cet épisode n’est pas sans rappeler la rivalité Québec-Montréal. D’ailleurs, l’ancien ailier gauche des Nordiques entre 1980 et 1989, Alain Côté, a tourné l’histoire à la blague. «C’est sans doute la rondelle de mon but, ils ont voulu éliminer les preuves, a-t-il lancé. Je pense que ce gars-là veut plutôt vraiment le retour des Nordiques.»

Le maire Régis Labeaume a lui aussi pris cette histoire avec un grain de sel. «Pas sûr que Pierre Karl va aimer ça (...) Écoutez, c’est un gars qui a voulu rigoler», a-t-il souligné. En blague, le maire a affirmé qu’il irait lui-même la retirer du pieu avec une pelle mécanique.

Néanmoins, le tollé qu’a provoqué la nouvelle a notamment fait réagir l’entreprise Québecor. «Peu importe les gestes anecdotiques que pourront poser certains individus tout au long de la construction, cet amphithéâtre est celui des gens de Québec et c’est eux qui décideront à qui iront leurs applaudissements et leur attachement», a fait savoir Martin Tremblay, vice-président affaires publiques chez Québecor.

La rondelle est intacte

Freddy Kleitz, enseignant en chimie des matériaux à l’Université Laval, rapporte que la rondelle prisonnière du pieu est sûrement encore intacte. «Avec du béton conventionnel, il n’y a pas de problèmes au point de vue chimique. La rondelle sera peut-être un peu usée à la surface», a-t-il  mentionné, relatant que les polymères d’une rondelle de hockey étaient très résistants.

 

Rondelle du CH à l'Amphithéâtre
Construction de l'Amphithéâtre
Photo Facebook
Commentaires
Loading