Actualité | Politique

Propos sur les anglophones

Les libéraux réclament la tête d’un attaché politique

Louis Gagné | Agence QMI

Publié le: | Mise à jour:

Diane De Courcy

Photo Stevens Leblanc

Diane De Courcy

Les libéraux ont réclamé mercredi la démission de l’attaché politique de la ministre Diane De Courcy, Akos Verboczy, pour ses propos jugés méprisants envers la communauté anglophone.

Le député Geoffrey Kelly a cité en chambre le contenu d’une chronique écrite par M. Verboczy et publiée dans le journal «Métro» le 14 septembre dernier.

«J’ai toujours trouvé nos Anglos un peu fous, avec de notables exceptions bien sûr, peut-on lire dans l’article. [Ils ne] sont pas fous à lier comme cet infâme Richard Bain, mais seulement atteints d’une sorte de trouble léger parano-obsessif déclenché dès qu’il est question du Québec.»

Le reste de l’article reprend une série de préjugés que la communauté anglophone entretiendrait, selon l’auteur, vis-à-vis des Québécois francophones. Précisons que M. Verboczy a rédigé cette chronique avant d’être nommé attaché politique de la ministre responsable de la Charte de la langue française.

«Les généralités de ce genre sont très dangereuses, [surtout] dans le contexte du débat linguistique entourant le projet de loi 14», a indiqué Geoffrey Kelly.

Le député de Jacques-Cartier a ajouté que les propos d’Akos Verboczy étaient d’autant plus inquiétants que ce dernier exerce à son avis un rôle-clé pour conseiller la ministre De Courcy sur les questions liées à la langue.

«Si les présentations qui ont été faites par les groupes de la communauté anglophone, entre autres, sont analysées sous le prisme de ce mépris, moi je trouve ça fort troublant», a-t-il dit.

De son côté, Diane De Courcy a accusé les libéraux de chercher à créer une tempête dans un verre d’eau.

«Il s’agit d’un texte commis avec un humour qu’on peut ne pas apprécier, mais manifestement, on cherche à bâtir de faux scandales plutôt que de se concentrer sur le vrai travail parlementaire», a réagi la ministre.

Elle a ajouté que les questions entourant les membres de son personnel commençaient à s’apparenter à «de l’acharnement et de l’intimidation».

Mardi, les libéraux avaient questionné Diane De Courcy sur un autre texte écrit par Akos Verboczy. Ce dernier y mentionnait que le personnage de M. Lazhar, dans le film du même nom, représentait «l’immigrant parfait», notamment parce qu’il est francophile et qu’il n’est «pas le genre à trouver la loi 101 inhumaine».

La semaine dernière, le Parti libéral avait reproché à l’ex-présidente de la Commission scolaire de Montréal de s’être placée en situation de conflit d’intérêts en engageant au sein de son cabinet d’anciens collègues, parmi lesquels Akos Verboczy.

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus