/news/education
Navigation
Père Boulé | 1939-2013

Un éducateur unique

Père Jean-Marc Boulé
Photo les archives, René Baillargeon Père Jean-Marc Boulé

Coup d'oeil sur cet article

Partout au Québec, plusieurs milliers d’anciens élèves du Séminaire Saint-François ont versé une larme, lundi, en apprenant le décès d’un éducateur irremplaçable.

Le père Jean-Marc Boulé, 73 ans, s’est éteint au CHUL vers 11 h 15. Au cours des dernières années, le religieux a combattu un adversaire beaucoup plus tenace que n’importe quel adolescent entêté: le cancer.

Même s’il semblait affaibli, le Capucin est parti sans avertissement. Il avait choisi volontairement de ne pas révéler son état de santé à quiconque ou presque. Avec un brin d’orgueil, il ne souhaitait pas montrer de signe de faiblesse. Pour lui et les autres, tout allait bien.

À contrecœur, le père Boulé a quitté «son école» de la rue Saint-Félix le 26 juin dernier. Une partie de l’âme de l’institution s’est envolée à ce moment précis. Il était hospitalisé depuis trois semaines. Selon des proches, il en avait assez de la maladie. En juin, il aurait dit à certaines personnes qu’il célébrait son dernier bal avec la cohorte de finissants 2013.

Les funérailles auront lieu vraisemblablement le samedi 27 juillet. Le père Boulé a demandé que la cérémonie se tienne au Séminaire Saint-François. À sa demande, il sera vêtu de sa soutane de Capucin, mais la tombe restera fermée.

Des hommages de partout

Des hommes d’affaires, des scientifiques, des politiciens, des avocats, des athlètes et des artistes étaient atterrés de perdre un si grand homme.

Sur le gazon devant l’établissement, une mère de famille en pleurs a résumé parfaitement la mission poursuivie par le père Boulé depuis 1972. «Mes enfants sont tous venus ici avec des bourses. Je n’avais pas les moyens. Il leur a trouvé des ordinateurs portables et ils ont même été hébergés alors que le pensionnat était fermé.»

Au fil des décennies, il a surtout réussi avec passion à transmettre des valeurs fondamentales à tout citoyen qui se respecte. Il a été un modèle et un guide pour plus d’une génération.

En janvier, le Séminaire Saint-François a fêté son 60e anniversaire avec un directeur général qui détient le record de longévité à la tête d’un établissement scolaire.

Le frère Michel Casabon, qui a vécu 40 ans à ses côtés à l’intérieur de l’école, était fortement ébranlé. Ému, il est revenu de l’hôpital avec quelques effets personnels de son seul et unique patron en carrière.

«J’étais à son chevet. On lui parlait chacun notre tour. Je lui ai demandé si je pouvais continuer le travail... J’avais l’impression qu’il nous entendait.»

Au nom de tous, un seul mot pour vous père Boulé: MERCI!


 

 

Commentaires