/news
Navigation
Compteurs intelligents

Sainte-Marthe-sur-le-Lac demande un moratoire

Compteurs intelligents saint-marthe
PHOTO ARCHIVES / AGENCE QMI Dans la résolution adoptée, le conseil se questionne notamment sur la façon de faire de la société d’État, sur les problèmes de santé occasionnés par ce type d’appareil, sur les coûts exorbitants liés à cette vaste opération et sur la pertinence de celle-ci.

Coup d'oeil sur cet article

SAINTE-MARTHE-SUR-LE-LAC – Le conseil de ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac a adopté une résolution qui demande un moratoire sur l’installation de compteurs de nouvelle génération d’Hydro-Québec, communément appelés compteurs intelligents.

«Nous avions dit non il y a quelques années pour mettre le réseau sans fil dans nos parcs municipaux. Nous avons adopté cette résolution dans le même sens», a signalé la mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Sonia Paulus, se disant préoccupée par les nuisances à la santé que pouvaient provoquer les radiations électromagnétiques.

Cette demande de moratoire faisait suite à la lettre qu’Hydro-Québec leur avait acheminée dernièrement. Celle-ci mentionnait que la municipalité allait faire partie de l’important déploiement de compteurs intelligents orchestré au cours des prochaines semaines sur la Couronne Nord.

Résolution

Dans la résolution adoptée, le conseil se questionne notamment sur la façon de faire de la société d’État, sur les problèmes de santé occasionnés par ce type d’appareil, sur les coûts exorbitants liés à cette vaste opération et sur la pertinence de celle-ci.

Le conseil demande au gouvernement du Québec d’imposer à Hydro-Québec un moratoire immédiat sur l’installation de tout nouveau compteur. Il demande également qu’une commission d’enquête itinérante, afin de bien évaluer le projet, soit créée sous l’égide du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE).

Il demande finalement que le gouvernement exige qu’Hydro-Québec accorde aux abonnés, sur simple demande écrite, sans frais supplémentaires, le remplacement rapide de tout compteur de première ou deuxième génération déjà installé, ainsi que le droit de conserver son compteur électromécanique.

«Je crois que les citoyens ont droit de faire le choix s’ils veulent ou non conserver leur compteur électromécanique. Ce n’est pas normal que l’on demande des frais d’installation de 98 $ en plus des frais mensuels de relève de 206 $ par année pour avoir un compteur non communicant», a indiqué Mme Paulus, faisant référence à la seule option disponible pour le citoyen qui ne désire pas avoir de compteur intelligent.

Réaction

Le porte-parole d’Hydro-Québec, Patrice Lavoie, a quant à lui confirmé que le déploiement des compteurs allait bel et bien débuter dans les municipalités de la Rive-Nord, et ce, à compter de la mi-août.

Quant à la demande de moratoire émise par Sainte-Marthe-sur-le-Lac, le représentant de la société d’État a affirmé que «les activités d’Hydro-Québec ne relevaient pas de juridiction municipale». Or, il a tenu à préciser qu’Hydro-Québec allait entrer en contact avec des représentants de la Ville et qu’une rencontre avec les citoyens pourrait être tenue au besoin.

Ce dernier a également précisé qu’aucun compteur électromécanique n’allait pouvoir être conservé. Jusqu’à maintenant, 320 000 compteurs intelligents ont été installés au Québec.

 

Commentaires