/sports/baseball/capitales
Navigation
Baseball | Capitales

De nouveaux visages qui apprécient leur chance

Blair Springfield
Photo Jean-François Desgagnés Blair Springfield a patrouillé le coin chaud à son premier match à Québec et il espère surprendre au point de se tailler une place dans l’équipe.

Coup d'oeil sur cet article

Charle Rosario et Blair Springfield se sont amenés à Québec jeudi remplis d’espoir. Si leurs parcours diffèrent, l’artilleur et le joueur d’utilité apprécient autant l’occasion qui leur est offerte de relancer leur carrière.

Rosario, qui se voit lanceur partant, mais qui sera surtout utilisé en relève, s’est joint aux Capitales avant la saison, mais un retard dans l’obtention de sa résidence permanente aux États-Unis l’ont empêché pendant plus de deux mois de s’installer à Québec.

«Je suis assurément heureux», a confié le Dominicain avant le match, par l’entremise d’un traducteur qui imposait le respect en Rene Leveret.

«Ça me permet de continuer à faire ce que j’aime: jouer au baseball. J’attendais d’avoir ma carte et j’étais impatient, mais je n’ai jamais eu peur que ça ne se concrétise pas», a-t-il ajouté.

Toujours espoir

Celui qui a évolué de 2007 à 2012 dans l’organisation des Red Sox de Boston semble maintenant à Québec pour y rester.

Présentement sur place en vertu d’une permission spéciale, il devrait enfin obtenir sa «carte verte» le 25 juillet, à l’occasion d’un rendez-vous en Caroline du Nord, une formalité selon lui.

Libéré par les Sox, il entretient toujours l’espoir, à seulement 24 ans, d’attirer l’attention d’un autre club des ligues majeures.

«Je m’en viens ici dans le but de travailler fort tous les soirs. On ne sait jamais qui nous observe dans les gradins», a-t-il indiqué, faisant allusion aux dépisteurs qui collent souvent au stade.

Pour l’instant, Rosario a été en mesure de prêter main-forte aux Caps lors de deux départs sur la route, en plus de quelques manches en relève.

Patrick Scalabrini affirmait la semaine dernière qu’il le verrait bien mettre la table en fin de match pour ensuite confier la balle au pompier Chris Cox.

«Je ne sais pas dans quel rôle je serai utilisé. J’ai été heureux de lancer comme partant et de voir à quel point l’équipe me faisait confiance.»

Entre baseball et football

Pour ce qui est de Blair Springfield, qui patrouillait le troisième coussin hier, il devait simplement dépanner lors du dernier voyage à Rockland.

Cependant, sa performance a suffisamment impressionné Scalabrini pour qu’il le ramène à Québec.

«C’est une superbe occasion pour moi et je suis fier d’avoir tenté le coup», a souri celui qui, jusque-là, évoluait pour le Blizzard de Taos, au Nouveau-Mexique, dans la Ligue Pecos.

«Je n’ai reçu aucune promesse et je suis simplement heureux d’aider une équipe en pleine course au championnat. Si je performe bien, on ne sait jamais ce qui peut se produire.»

Si Springfield rate son coup, le jeune athlète de 22 ans a laissé entendre qu’il pourrait se rabattre sur son autre flamme, le football.

Selon lui, l’université d’État de l’Arizona pourrait lui offrir un poste de demi défensif.

 

Commentaires