/news/provincial
Navigation
Monastère des Augustines

Dormir dans un cloître

Monastère des Augustines
© Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

La restauration majeure du monastère des augustines, qui sera transformé en établissement hôtelier unique, au cœur du Vieux-Québec, prévoit l’ajout d’un grand hall vitré et d’une réserve muséale.

Outre les bâtiments patrimoniaux, dont les voûtes datent de 1695, qui retrouveront leur lustre, le concept architectural dévoilé, lundi, comporte deux nouvelles constructions.

«Le monastère des augustines regroupera sous le même toit un musée, des archives, des services d’hôtellerie, ainsi qu’une programmation axée sur la culture et la santé globale, ce qui est assez unique au niveau mondial», a signalé, lundi, le président du conseil d’administration de la Fiducie du patrimoine culturel des augustines, Me Bernard Cliche.

Le projet de 39 millions, en cours depuis le début de l’année, devrait être terminé au printemps 2015. Il s’agit de l’un des plus importants chantiers de restauration patrimoniale au Canada, selon Me Cliche.

Les travaux ont jusqu’ici mené à la découverte de certains artefacts. Les ouvriers ont notamment mis au jour la trace d’un boulet de canon dans une poutrelle, vestige de la conquête anglaise de 1759.

«Cela a été un grand moment d’émotion», a souligné Bernard-Serge Gagné, architecte chez ABCP chargé de ce projet.

Dans les deux ailes anciennes, les cellules des augustines seront converties en 64 chambres aménagées de manière contemporaine ou au caractère plus authentique.

Le mur d’enceinte de l’ancien cloître sera ouvert sur les jardins historiques qui seront mis en valeur et accessibles à la population.

Campagne de financement

La réserve muséale réunira, quant à elle, les collections et archives des douze monastères-hôpitaux fondés par les augustines. «Les religieuses ont tenu un journal presque quotidien de leurs activités depuis leur arrivée en 1639», a glissé Me Cliche.

La Fiducie compte sur une campagne de financement auprès de grandes entreprises afin d’obtenir les sommes nécessaires au fonctionnement du futur complexe muséal et de ressourcement.

Les augustines y contribuent pour un montant de cinq millions, en plus des trois millions versés pour les travaux de restauration.

Quatorze religieuses habitent encore au monastère.

 

Commentaires