Actualité | Faits divers et judiciaire

mcGill | rectorat

McGill revoit la rémunération de sa rectrice à la baisse

L’université anglophone revoit la rémunération de sa rectrice à la baisse

Anne Caroline Desplanques

Anne Caroline Desplanques

Journal de Montréal, Publié le: | Mise à jour:

Salaire diminué

Photo le journal de montréal, anne caroline desplanques

Suzanne Fortier remplace Heather Monroe-Blum à la tête de l’Université McGill. Entrée en poste officiellement hier, elle est la première francophone à s’installer dans le fauteuil de rectrice de l’institution anglophone montréalaise.

Exit salaire et boni dorés. La nouvelle rectrice de l’université McGill aura un train de vie plus modeste que sa prédécesseure.

Sans vouloir s’avancer sur un chiffre exact, puisque son contrat définitif reste à finaliser, Suzanne Fortier a indiqué hier au 98,5 FM qu’elle gagnera moins que Heather Monroe-Blum et ne touchera rien de plus que son salaire de base.

«Je crois que je vais être assez bien payée pour me payer une auto (moi-même). Ça devrait être un salaire qui est comparable à un poste similaire dans le secteur public», a-t-elle dit, en promettant de dévoiler les détails de son contrat dans quelques semaines.

Avec un salaire annuel de 369 250$, plus une allocation de 131 495$, Mme Monroe-Blum était la rectrice la mieux payée de la province. Elle empochait chaque année plus de trois fois le salaire de la première ministre du Québec, qui déclare un salaire annuel de 177 000$.

Compressions budgétaires

Première rectrice francophone de l’université McGill, Mme Fortier estime que le contexte a changé et qu’elle doit s’y adapter.

«Il y a dix ans on négociait dans des conditions différentes», a-t-elle dit en faisant référence à l’embauche de sa prédécesseure, que McGill avait débauchée à grands frais de l’Université de Toronto en 2002.

Depuis, les coffres se sont vidés. Les universités québécoises croulent sous des déficits qui totalisaient 2,1 milliards $ au 30 avril 2011. Pour ne rien arranger, en décembre, Québec a tronqué leur budget de fonctionnement de 5,2%, soit 140 millions $.

À elle seule, McGill doit composer avec 19 millions $ en moins.

Pour faire des économies, elle a mis en place un programme de départ volontaire à la retraite et a procédé à un examen minutieux de ses budgets, a expliqué la nouvelle rectrice, hier, alors qu’elle recevait les médias pour souligner son entrée officielle en poste.

Mme Fortier assure que tout est fait pour que les services aux étudiants restent inchangés, mais avoue qu’il sera impossible que les coupures passent inaperçues. «J’espère qu’on a pris les bonnes décisions et que le pire est passé», souffle-t-elle.

Impliquer les entreprises

Celle qui a grandi dans une famille modeste de Saint-Timothée sur l’île de Salaberry n’en est pas à sa première crise budgétaire.

En 2012, alors qu’elle dirigeait le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, Ottawa a tronqué le budget de l’organisme subventionnaire de 15 millions $.

Pour absorber le coup, elle s’est pliée au souhait du gouvernement conservateur: renforcer les «partenariats avec l’industrie», et stimuler la «recherche dirigée par l’entreprise».

Le financement par les entreprises est loin de faire l’unanimité chez les chercheurs qui craignent de voir la recherche fondamentale délaissée au profit de la recherche appliquée donnant des résultats tangibles et à court terme.

Mais Mme Fortier ne voit pas les choses de cet œil:

«Ce que les entreprises recherchent c’est une fenêtre sur l’avenir. Elles veulent savoir quelles vont être les grandes percées dans dix ans. On parle de découvertes qui peuvent transformer le savoir, de technologies qui peuvent vraiment changer l’industrie.»

De plus, la chimiste de formation souligne qu’outre un appui financier, les entreprises assurent des occasions d’apprentissage aux étudiants par le biais de stages et des opportunités de carrière.

Vos commentaires

Comment devrait-on calculer le salaire des recteurs ?

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus