/entertainment/books
Navigation
En mode lecture

Ainsi résonne l’écho infini des montagnes

Ainsi résonne l’écho infini des montagnes
Ainsi résonne l’écho infini des montagnes

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir conquis des millions de lecteurs grâce aux Cerfs-volants de Kaboul et à Mille soleils splendides, Khaled Hosseini nous revient avec un roman presque plus émouvant encore.

Shadbagh, 1952. Dans ce minuscule village afghan situé à plusieurs jours de marche de la capitale, les hivers sont terriblement rigoureux, le travail se fait de plus en plus rare et bien peu de familles peuvent se vanter de manger quotidiennement à leur faim. Du coup, on comprendra tout de suite pourquoi personne n’a jamais reproché à Nabi de s’être exilé à Kaboul, où il a très vite trouvé une place de chauffeur chez les richissimes Suleiman et Nila Wahdati. Chaque mois, il revient d’ailleurs au village à bord d’une rutilante Chevrolet pour verser une part de son salaire à sa sœur Parwana, qui est désormais mariée à un homme dont la précédente épouse a été emportée trois ans plus tôt. Mais de ce premier mariage sont nés deux enfants, et c’est là qu’il faut avoir le cœur solidement accroché... car Nabi réussira à convaincre son nouveau beau-frère de donner sa fille Pari aux Wahdati, Nila ne pouvant pas procréer.

SUPERBE ROMAN

Khaled Hosseini étant un conteur hors pair, on aura ainsi droit à la version incroyablement touchante d’Abdullah, le frère aîné de la petite Pari, de Parwana, qui a longtemps eu à sa charge une sœur infirme aussi belle que l’aurore, d’Idris Bashiri, un voisin kaboulien désireux de se racheter une conduite en sauvant une jeune orpheline complètement défigurée, ou de Markos Varvaris, le chirurgien grec à qui Nabi a confié ses dernières volontés. Et en mélangeant le tout, on obtient un superbe roman qui résonnera longtemps dans les mémoires.


En librairie dès le 7 novembre

Commentaires
Loading