Spectacles | Livres

En mode lecture

Ainsi résonne l’écho infini des montagnes

Karine Vilder

Karine Vilder

Journal de Montréal, Publié le: | Mise à jour:

Ainsi résonne l’écho infini des montagnes

Après avoir conquis des millions de lecteurs grâce aux Cerfs-volants de Kaboul et à Mille soleils splendides, Khaled Hosseini nous revient avec un roman presque plus émouvant encore.

Shadbagh, 1952. Dans ce minuscule village afghan situé à plusieurs jours de marche de la capitale, les hivers sont terriblement rigoureux, le travail se fait de plus en plus rare et bien peu de familles peuvent se vanter de manger quotidiennement à leur faim. Du coup, on comprendra tout de suite pourquoi personne n’a jamais reproché à Nabi de s’être exilé à Kaboul, où il a très vite trouvé une place de chauffeur chez les richissimes Suleiman et Nila Wahdati. Chaque mois, il revient d’ailleurs au village à bord d’une rutilante Chevrolet pour verser une part de son salaire à sa sœur Parwana, qui est désormais mariée à un homme dont la précédente épouse a été emportée trois ans plus tôt. Mais de ce premier mariage sont nés deux enfants, et c’est là qu’il faut avoir le cœur solidement accroché… car Nabi réussira à convaincre son nouveau beau-frère de donner sa fille Pari aux Wahdati, Nila ne pouvant pas procréer.

SUPERBE ROMAN

Khaled Hosseini étant un conteur hors pair, on aura ainsi droit à la version incroyablement touchante d’Abdullah, le frère aîné de la petite Pari, de Parwana, qui a longtemps eu à sa charge une sœur infirme aussi belle que l’aurore, d’Idris Bashiri, un voisin kaboulien désireux de se racheter une conduite en sauvant une jeune orpheline complètement défigurée, ou de Markos Varvaris, le chirurgien grec à qui Nabi a confié ses dernières volontés. Et en mélangeant le tout, on obtient un superbe roman qui résonnera longtemps dans les mémoires.


En librairie dès le 7 novembre

Les guetteurs

À lire aussi cette semaine

Les guetteurs

Affecté au service des Affaires et Plaintes internes (la police des polices, quoi!), l’inspecteur Malcolm Fox doit enquêter sur un collègue qui aurait abusé de plusieurs femmes. Une mission qui se transformera rapidement en véritable sac de nœuds, car les cadavres ne tarderont pas à pleuvoir autour de lui! Un bon Rankin.

Ian Rankin, aux Éditions du Masque, 480 pages

À lire aussi cette semaine

L’empreinte de toute chose

Alma Whittaker a deux passions dans la vie: la botanique et Ambrose Pike, un globetrotteur qui dessine admirablement les fleurs. Pendant que les femmes de son époque font salon, Alma connaîtra ainsi un destin hors du commun. Écrit par l’auteure de Mange, prie, aime, un livre qu’on a dévoré sans se faire prier!

Elizabeth Gilbert, aux Éditions Calmann-Lévy, 616 pages

L’empreinte de toute chose
Le carnet rouge

À lire aussi cette semaine

Le carnet rouge

Josée di Stasio nous offre ici son plus beau livre. Non seulement parce qu’elle n’a reculé devant rien pour lui donner un petit côté luxe (on a entre autres été frappé par la qualité du papier!), mais parce que le graphisme est parfaitement réussi. Quant aux recettes, elles se font toujours aussi gourmandes et savoureuses!

Josée di Stasio, aux Éditions Flammarion Québec, 160 pages

À lire aussi cette semaine

Le mythe de la vitamine D

Depuis quelques années, les suppléments de vitamine D ont vraiment la cote. Mais a-t-on réellement raison de croire qu’ils peuvent prévenir l’ostéoporose, les maladies cardiovasculaires, le diabète, les infections ou le cancer? Après s’être longuement penchée sur la question, Sylvie Demers, qui est à la fois médecin clinicienne et biologiste, nous donne enfin l’heure juste.

Dr Sylvie Demers, aux Éditions de l’Homme, 248 pages

Le mythe de la vitamine D

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus