/news/politics
Navigation
Projet d’Enbridge | Pipeline 9B

Denis Coderre pose ses conditions à Enbridge

 Pipeline 9B
© Les archives
 Pipeline 9B
© Les archives

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Montréal n’a pas l’intention de donner «un chèque en blanc» à Enbridge, qui ambitionne d’acheminer du pétrole de l’Ouest au Québec. Denis Coderre demande à l’entreprise de compenser les municipalités touchées.

De passage en commission parlementaire, lundi soir à Québec, le nouveau maire de Montréal a posé ses conditions, en parlant au nom des 82 municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM).

Les élus reconnaissent les «avantages économiques» du projet d’inversion du pipeline 9B, qui traverse les régions des Laurentides, Lanaudière, Laval et Montréal, mais veulent être rassurés avant de donner leur appui. Quelques mois après la tragédie de Lac-Mégantic, la CMM recommande notamment de créer un fonds de prévoyance de 1 G$ pour faire face à un déversement de pétrole.

Une demande qu’Enbridge a déjà refusée, assurant toutefois qu’elle dispose d’une marge de crédit et d’une couverture d’assurance suffisantes pour payer 100% des dégâts, dans l’éventualité d’une catastrophe. Inquiet de l’âge de l’oléoduc (mis en service en 1976), M. Coderre exige des études d’impact et demande aussi à la pétrolière de verser une compensation aux villes directement touchées par le projet en assumant, notamment, les coûts de la sécurité civile (formation des pompiers, équipement, etc.).

Appui de la FTQ

Le syndicat Unifor (affilié à la FTQ), qui représente environ 1 000 travailleurs de l’industrie pétrochimique, a officiellement appuyé Enbridge. La «survie à long terme» de ces emplois en dépend, a-t-il fait valoir. La FTQ, qui s’était opposée au projet Keystone, précise qu’elle a toujours été en désaccord avec l’exportation du pétrole brut. Dans le cas présent, «la richesse revient chez-nous au lieu d’aller ailleurs».

Le projet, qui permettrait d’acheminer 300 000 barils/jour au Québec, favoriserait la «sécurité énergétique» de la province en réduisant sa dépendance au pétrole importé, a-t-on fait miroiter.

Se disant aussi «très sensibles aux préoccupations sur la sécurité du pipeline», les représentants syndicaux sont néanmoins convaincus que le transport de pétrole par oléoduc «demeure le moyen le plus sûr». «Si on remplaçait le contenu du pipeline par des wagons-citernes, ça en prendrait 600 par jours. Ce qui représenterait un risque plus élevé», a déclaré Joseph Gargiso.

En soirée, le Conseil Provincial (International), qui représente des dizaines de milliers de syndiqués de la construction, a aussi donné son appui au renversement du flux de l’oléoduc entre Montréal et North Westover (Ontario). À l’instar de la FTQ, l’Inter redoute l’exode des employés qualifiés «si on laisse cette industrie dépérir». Daniel Cloutier, d’Unifor, parle d’emplois «pratiquement irremplaçables» à plus de 100 000$.

La CSN veut un moratoire

Aux antipodes, la CSN a plutôt brandi le spectre d’un possible déversement de pétrole aux conséquences désastreuses dans des zones densément peuplées. Les bénéfices économiques pourraient être «anéantis par des impacts sociaux et environnementaux» en cas de fuite, a prévenu le responsable de l’environnement à la CSN’ Pierre Patry. Il réclame un moratoire «en attendant des études indépendantes». L’Assemblée nationale n’a pas le pouvoir de décréter un moratoire mais elle «pourrait l’exiger» d’Ottawa, a-t-il plaidé.

Enbridge a un bilan «peu reluisant», a martelé M. Patry, lors de la 4e journée de consultation à Québec. Il a rappelé les «804 déversements» de la compagnie en Amérique du nord depuis dix ans. «Le gouvernement nous demande de faire confiance à une entreprise qui affirmait que son pipeline 6B était en parfait état quelques mois seulement avant que ne survienne le drame de Kalamazoo, au Michigan (en 2010)», où des millions de litre ont été déversés.

Groupes environnementaux

 

Mardi, cinq organismes dédiés à la protection de l’environnement – dont Greenpeace et l’AQLPA - se pointeront lors de la 5e journée d’auditions en commission parlementaire pour dénoncer le projet. Ils déplorent l’«analyse étroite» des projets de pipelines par le gouvernement Marois. Nature Québec exigera, notamment, un BAPE générique sur le transport du pétrole.

«Le gouvernement s'est engagé à réduire sa consommation de pétrole de 30 % d'ici 2020 et montre un retard dans l'atteinte de ces objectifs. Or si le Québec s'approvisionne de ce pétrole sale, nos émissions de gaz à effet de serre (GES) augmenteront», prévient Steven Guilbeault d'Équiterre.

 

Commentaires
Loading