/news/currentevents
Navigation
Tragédie de l’Isle-Verte

Des disparus qui habitent les mémoires

Qui étaient-ils?

Coup d'oeil sur cet article

Trois jours après le tragique incendie de L’Isle-Verte qui a détruit la Résidence du Havre, l’identité de plusieurs disparus ainsi qu’une partie de leurs histoires se dévoilent.

Il est maintenant possible de mettre un visage sur plusieurs des disparus qui ont visiblement péri jeudi dans le brasier de L’Isle-Verte.

Les témoignages recueillis évoquent la disparition de «la mémoire vive du village», une perte inestimable pour la petite communauté de 1 500 âmes, ont signifié les personnes endeuillées.

Un couple heureux

C’est d’ailleurs le cas de Gérard Ouellet âgé de 90 ans et de son amoureuse Gisèle Fraser, 92 ans, qui ont mis au monde 14 enfants. Étant manuel, le père de famille avait été fermier et possédait aussi un bateau avec lequel il transportait les gens de la communauté de la petite Isle-Verte à la côte durant le 20e siècle. À cette époque, il n’y avait toujours pas de traversier. Trois mois avant ce terrible drame, le couple a vendu la maison familiale et déménagé au Havre.

«Ils avaient une bonne joie de vivre encore. C’est le destin», a mentionné leur fils Robert, relatant que ses parents avaient eu une très belle vie remplie.

La doyenne

Marie-Jeanne Saindon, la doyenne de la Résidence du Havre était à seulement trois mois d’atteindre l’âge vénérable de 100 ans, lorsque le malheur a frappé. La femme, toujours lucide malgré certaines difficultés à se déplacer, avait aménagé à la Résidence du Havre il y a seulement quinze jours.

Malgré ce triste hasard, Claude Sindon refuse de s’en vouloir d’avoir placé sa grand-mère au Havre. «Ce n’est pas nous qui décidons de ça. La vie ne tient qu’à un fil», dit Claude avec philosophie. «Ça aurait été moins insultant» qu’elle meure de vieillesse, finit-il tout de même par dire.

Comme elle, ses petits-enfants auraient donc aimé fêter son 100eanniversaire. «C’était une fierté pour elle», raconte sa petite-fille Katy. «Elle était très en forme. On l’avait placée en foyer il y a un an et demi seulement», ajoute-t-elle, rappelant que la disparue a habité seule dans sa résidence de deux étages jusqu’à l’âge de 98 ans.

— Nicolas Lachance, Nicolas Saillant, Jean-Nicolas Blanchet et Caroline Pailliez, Agence QMI
 

Commentaires