Actualité | Politique

Votes

L’opposition compare Pauline Marois à Maurice Duplessis

Louis Gagné | Agence QMI

Publié le: | Mise à jour:

Pauline Marois

Photo les archives, Jean-François Desgagnés

QUÉBEC - 

Les partis d’opposition accusent le gouvernement Marois d’acheter des votes en Gaspésie.

Le whip en chef du Parti libéral, Jean-Marc Fournier, et le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, sont revenus lundi sur une déclaration qu’a faite Pauline Marois, vendredi dernier, à l’occasion de l’annonce du soutien financier du gouvernement du Québec au projet de cimenterie de Port-Daniel-Gascons.

«Le comté de Bonaventure a fait un très bon choix lors des dernières élections et vous avez les résultats aujourd'hui de ce choix», avait affirmé la première ministre en point de presse.

Selon Jean-Marc Fournier, cette déclaration démontre que le Parti québécois gouverne en fonction de ses intérêts électoraux. «Ça revient à monnayer un travail, une responsabilité de développement économique de tout le Québec contre des intérêts électoraux, a-t-il dit. C’est rien d’autre qu’un détournement de démocratie, et dans les livres d’histoire, on attribuait ça à Maurice Duplessis.»

François Legault a abondé dans le même sens. «Que Mme Marois dise, un peu à la Duplessis : “Je vous donne ça parce que vous avez voté du bon bord”, ça laisse sous-entendre que s’ils n’avaient pas voté du bon bord, elle ne l’aurait pas annoncé, a analysé le chef de la CAQ. Je ne suis pas sûr que les Québécois aiment beaucoup ce discours-là.»

Un mauvais «deal» pour le Québec

M. Legault s’en est d’ailleurs pris à la décision du gouvernement d’investir 350 millions $ sous forme de participation directe et de garanties de prêt dans le projet de cimenterie de l’entreprise Ciment McInnis. Il a fait valoir que les cimenteries québécoises n’opéraient qu’à 60 % de leur capacité de production et que l’arrivée d’un nouveau joueur allait leur nuire.

«J’ai hâte que Mme Marois aille se promener à Saint-Constant ou dans Portneuf, partout où il y a des cimenteries actuellement, puis d’aller dire aux travailleurs : “Bien écoutez là, nous on a choisi de mettre 350 millions de votre argent pour transférer des emplois de chez vous vers la Gaspésie.” Je m’excuse là, c’est peut-être un bon “deal” pour la Gaspésie, mais c’est un mauvais “deal” pour le Québec», a-t-il expliqué.

Jean-Marc Fournier a pour sa part tenu à préciser que son parti ne s’opposait pas au projet de l’entreprise Ciment McInnis, mais au caractère «électoraliste» de l’annonce.

«Je ne suis pas là pour attaquer les projets de développement économique dans les régions, a dit le député de Saint-Laurent. Je me plains du fait que lorsque Mme Marois fait du développement économique dans une région, elle lui attache un grelot électoral, ce qui est contraire à sa charge et qui nous fait penser, encore une fois, à une époque révolue.»

- Avec la collaboration de Jean-Luc Lavallée

 

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus