/lifestyle/books
Navigation
Les variations Burroughs

Superbe mosaïque littéraire

Coup d'oeil sur cet article

Sylvie Nicolas, poète, écrivaine, traductrice, deux fois finaliste d'un prix littéraire du Gouverneur général, lauréate en 2013 du prix Jean-Noël Pontbriand, marque un point tournant dans sa carrière littéraire en offrant un récit en mosaïque, à la fois poétique et intime, fort et tendre, Les variations Burroughs.

Au cœur des Variations Burroughs, entre la ville et les hautes mers de la Gaspésie, on retrouve un chat prénommé Einstein, des poupées de carton qui s’appellent toutes Elizabeth, un homme à qui il manque des doigts, un artiste en quête de l’ADN de l’écrivain américain William S. Burroughs. En fil conducteur, toujours, l’amour porté au frère.

«C’est une révolte que j’ai par rapport à Burroughs, explique Sylvie Nicolas en entrevue. En littérature, il y a des phénomènes étranges. On va par passion, par coups de cœur, mais aussi par répulsion, par moments, à cause de choses qui nous ont marqués ou qui ont créé une faille, une fracture. Dans le cas de Burroughs, j’ai un gros cas de conscience de littérature contemporaine parce qu’il est considéré aux États-Unis comme celui qui a amené la modernité en littérature. Mais c’est un assassin. Il a tué sa femme avant de devenir écrivain et moi, j’ai bien de la misère avec ça.»

Les variations Burroughs se rapproche de l’autofiction, mentionne l’écrivaine, marquant ainsi un point tournant dans sa carrière. «Quand on adopte la forme du fragment, nécessairement, ça fait surgir quelque chose qui est plus près de soi. C’est une mosaïque qui tourne autour d’une boîte de livres qui ouvre sur la connaissance en littérature.»

Cette fameuse boîte remplie de classiques avait été trouvée dans les ordures par son frère quand il avait autour de 7 ans. «Il y avait Shakespeare traduit par Victor Hugo, Saint-Denys Garneau, Racine, Corneille... À 9 ans, j’ai eu accès soudainement à la poésie de Chateaubriand. Les variations, c’est une boîte, avec des choses que je sors de la boîte.»

Commentaires