Vie | Techno

Simaudio Moon180 MiND

La mort annoncée du MP3

CA_Alain-McKenna

Alain McKenna

Journal de Montréal, Publié le: | Mise à jour:

techno

La révolution musicale des 20 dernières années n’aurait pas eu lieu sans le fichier MP3. Ce format informatique «compact» s’est rapidement imposé à une époque où l’espace de stockage était limité et où les connexions à internet offraient un débit lent et inégal. Mais les temps ont changé: avec la haute vitesse et les téraoctets à portée de la main, de plus en plus de gadgets offrent la musique numérique en haute résolution, ce qui pourrait sonner le glas du format MP3.

Une de ces solutions a été conçue au Québec. La gamme d’appareils Moon est usinée et assemblée à Boucherville par Simaudio, à partir de composants de haute qualité qui sont le plus souvent faits au Québec eux aussi.

Comme ses appareils coûtent un peu plus cher et qu’ils ciblent le créneau de l’audio haut de gamme, l’entreprise est moins connue chez nous que dans les dizaines de pays où sa technologie est vendue à des milliers d’exemplaires chaque année.

Le Moon 180 MiND est essentiellement un récepteur numérique sans amplification qui se branche dans un convertisseur analogique (surnommé «DAC», de son abréviation anglaise) et un ampli qui, eux, renvoient ensuite le tout à des enceintes. Il ne possède aucune interface de commande propre, il faut passer par une application pour appareils Android ou iOS qui, heureusement, est elle aussi très bien ficelée.

Via une connexion Ethernet ou Wi-Fi, le MiND va chercher des fichiers musicaux sur un ordinateur personnel, un disque réseau ou l’un ou l’autre des divers services musicaux qu’on trouve sur internet. Comme tout bon récepteur numérique, l’appareil utilise les protocoles UPnP et DLNA pour récupérer la musique.

Il se distingue en recréant un signal d’une qualité sonore impeccable à partir de formats numériques sans compression d’une résolution pouvant atteindre 24-bit et 192 kilohertz. Conçu pour générer très peu d’oscillation (jitter) lors de la transmission, sa capacité sonore est supérieure à celle de la plupart des récepteurs numériques grand public, incluant des systèmes signés Sonos, Sony ou Yamaha.

Le Moon 180 MiND est l’équivalent sonore de la télé Ultra HD: même image, mais beaucoup plus de pixels. Ça ne signifie pas que votre musique sonnera instanément mieux, comme par magie. Ça signifie que si vous possédez une source musicale de très haute qualité, vous n’en dégraderez pas la qualité sonore (ou même stéréophonique) en passant par le Moon 180 MiND.

Dans le meilleur des cas (pensez à de la musique de chambre ou à des ensembles musicaux plus complexes), vous pourriez donc avoir l’impression d’être assis en plein milieu du studio d’enregistrement ou de la salle de concert. Après une telle expérience, il est facile de dire adieu au format MP3!

 

Haute résolution sonore sur demande

Elles sont rares, les sources de musique numérique de haute résolution, mais elles existent. En voici trois, qui sont ou qui seront bientôt disponibles au Canada.

Qobuz

Qobuz est une radio internet française style Rdio: sa médiathèque compte 16 millions de chansons et on peut y acheter de la musique à la pièce ou en lot. Moyennant 10 euros par mois, on peut bâtir des listes de lecture et les écouter à volonté, en diffusion web ou en mode hors ligne. Pour le double, Qobuz promet un son de meilleure qualité, via ses applications mobiles ou pour PC. Une qualité digne d’un disque compact, en diffusion par internet, c’est mieux que bien des services similaires… Mais ça coûte pas mal plus cher. Qobuz devrait officiellement débarquer au Canada au courant de l’été.

techno
techno

HDtracks

Le portail américain HDtracks n’est pas officiellement accessible à partir du Canada, mais ça se contourne assez facilement. Le site est en quelque sorte un iTunes de la musique en FLAC, avec un débit de 192 kilohertz à 24 bits. On y trouve un peu de tout, de la musique pop au classique un peu plus pointu. Là aussi, les prix sont un peu plus élevés que du côté du MP3 ou même du format AAC d’Apple: un album entier coûte environ 20 $.

Pono

Fort d’une lucrative campagne de prévente sur le site Kickstarter, le Pono est un baladeur musical qui devrait être mis en marché à la fin de l’été. Son plus fervent promoteur est nul autre que Neil Young, qui s’est ouvertement déclaré en guerre contre la musique numérique de moins bonne qualité. Outre le baladeur à 300 $, «l’écosystème Pono» devrait comprendre une boutique musicale où l’on pourra se procurer du contenu sonore en haute résolution (24-bit/192 kb/s), à un prix variant entre 15 et 25 $ pour un album entier.

techno

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus