/opinion/blogs
Navigation

Mario Asselin, le blogueur

Coup d'oeil sur cet article

Je ne suis pas tombé dedans quand j'étais petit, mais c'est tout comme. C'est que j'ai appris, à cause des petits...

C'était à l'automne 2002. J'étais directeur d'une école préscolaire/primaire à Québec et je cherchais une façon d'aménager des portfolios numériques pour des élèves de dix et onze ans avec qui j'étais pour entreprendre une nouvelle aventure pédagogique à l'automne suivant : apprendre en classe à l'aide de leur propre ordinateur portable. À ce moment, je croyais que cet ordinateur deviendrait LE formidable levier qui augmenterait leur motivation à l'école.

Je me trompais.

Le fait de pouvoir compter sur leur propre site Web et de l'utiliser comme un carnet de bord de leurs apprentissages s'est avéré, de loin, beaucoup plus puissant que cet ordinateur. Il se sont mis à lire et à écrire dix fois plus qu'auparavant... Imaginez, ils ne travaillaient plus pour leurs seuls enseignants mais dorénavant pour un grand public qu'ils apprenaient à conquérir chaque jour.

Toujours est-il qu'il me fallait essayer moi-même le blogue avant que le nouveau programme accueille ses premiers élèves, histoire de me donner une petite longueur d'avance. En octobre 2002, donc, je me suis mis à bloguer. Doucement. Au bout de quelques semaines, je devais bien avoir un gros 45 lecteurs. Ça s'est mis à croître rapidement quand un parent d'élève m'a repéré. Au bout de quelques mois, je ne pouvais plus m'arrêter d'écrire et d'apprendre au contact de cette fenêtre que je venais d'ouvrir. Cet exercice a complètement changé ma vie professionnelle que je m'étais mis à raconter...

Onze ans et demi plus tard, j'arrive au Journal de Québec / Journal de Montréal après avoir écrit plus de 2 700 billets sur Mario tout de go...

Je suis né à Québec et j'y ai habité toute ma vie, hormis une année passée à Gagnonville, au Nouveau-Québec et un séjour d'une quinzaine d'années en Estrie. J'ai fait mes études universitaires en sciences de l'activité physique à l'université Laval.

Dans les trois écoles où j'ai oeuvré, j'ai pris la relève de membres de communautés religieuses, principalement dans des pensionnats au secondaire où j'ai côtoyé des gens extraordinaires. Rapidement, j'ai été confronté aux difficultés qu'éprouvent les jeunes et réjoui par leur réussite. Tous les appétits d’apprendre m'ont touché et me fascinent encore. Cela a toujours guidé mes comportements !

Au début des années 2 000, j'avais l'impression d'être allé au bout de plusieurs de mes idées en éducation et j'ai décidé après 22 ans passés dans des écoles de travailler dans plusieurs organisations simultanément, au lieu de me concentrer à fond sur une seule à la fois.

Depuis 2005, mon parcours en entreprises m’a permis d’aider des groupes de personnes au Québec, ailleurs au Canada et en France à prendre un virage numérique.

J’ai aussi enseigné la communication organisationnelle pendant quelques années à l’Université de Montréal.

Enfin, j'ai été candidat Coalition Avenir Québec dans deux élections générales provinciales. Entre les deux, j’ai travaillé à l’Aile parlementaire du deuxième groupe d'opposition.

« Mario tout de go » est maintenant devenu, avec le temps, « Inc. », ce qui fait de moi une bien drôle de bibitte. J'ai appris avec l'écriture sur les blogues à ne revendiquer aucune objectivité et à assumer mes nombreux biais : je suis un homme, blanc, de 52 ans, coloré politiquement, marié et père de trois garçons, de Québec. Je pars du principe que c’est naturel d’apprendre pour un être humain et que bien s’adapter aux changements passe avant tout par le fait de demeurer ouvert à apprendre.

J'ai couvert de nombreux événements et écrit sur une foule de sujets, mais je ne suis pas un journaliste.

J'ai publié des textes au Voir, à l'Actualité, au Huffington Post, dans plusieurs revues spécialisées ou des livres et dans différents grands médias, mais je ne suis pas un écrivain.

Pendant vingt-deux ans, l’école a été un véhicule pour « changer le monde ». Mon engagement politique va dans le même sens. Un brin idéaliste, j’ai toujours été de ceux en politique partisane qui travaillent "avec" des gens de toutes les allégeances et non "contre" qui que ce soit. Mais je ne suis pas neutre.

Éducateur, entrepreneur, gestionnaire, politicien, consultant et féru de culture, j'ai aussi fondé un théâtre d'été, travaillé avec des gens d'à peu près tous les ministères et sociétés d'État, été membre de plusieurs conseils d'administration, donné des conférences et animé des formations. Je suis intervenu à plusieurs reprises en France, dans la moitié des districts scolaire du Nouveau-Brunswick, en Ontario francophone et partout au Québec. Du moment où j’ai pris connaissance de la révolution du numérique en cours, j’ai compris que cela change profondément la donne et qu'une réappropriation de l’espace public par les citoyens (jeunes et moins jeunes) était en train de se produire, notamment par la facilité de chaque personne à générer du contenu. Mais je ne suis pas "un expert" de ce domaine pour autant, encore moins, international.

Je demeure dans l’âme un directeur d’école qui a doucement élargi ses horizons. Mais je n'enseigne plus en classe.

Je continue à chaque jour d'intervenir sur les questions de transparence, de gouvernement ouvert, de villes intelligentes et de plan numérique. Mais je sais que tout ça reste à inventer.

Je viens de Québec et j'habite Québec, l'ai-je assez dit? Je vais continuer sur ce blogue à prendre la parole en public, de ce point de vue qui est le miens. Je compte accueillir de mon mieux les gens de partout qui voudront échanger, avec moi ou avec les autres commentateurs. On le verra dans mes réactions, ou pas. Mais je ne combats pas les trolls.

J'ai l'ambition d'écrire simplement, mais d'aborder des sujets complexes. Mais je peux me tromper.

Merci aux Journal de Québec / Journal de Montréal de m'inviter à continuer ici à faire ce que j'aime, bloguer, pour le simple plaisir, à chaque billet, de mettre mon grain de sel*.

* Dans le sens de l'expression de mes voisins du Sud "my two cents" !