/opinion/blogs
Navigation

Thomas Vanek n'est pas un plombier ! #LangueDePuck

Coup d'oeil sur cet article

J'ai souvent lu ou entendu les chroniqueurs sportifs qualifier les membres du quatrième trio d'une équipe de hockey "de bons plombiers".

Aucune idée si cette expression fait plaisir à ceux qui manient avec virtuosité la torche, les soudures et les tuyaux. Faudrait voir.

Généralement, "des plombiers" au hockey, ce sont des joueurs « dont le talent est limité, mais pas les efforts » (source).

Voilà pourquoi j'ose publiquement protester avec véhémence contre ce projet de faire jouer Thomas Vanek sur un quatrième trio, tel qu'il fut le cas hier, à l'entraînement du Canadien.

On comprendra que ce qui m'excite le plus depuis le début de la série contre les Rangers de New York, ce sont ces jeux de mots sur la langue propre au hockey que le blogueur et professeur de littérature Benoît Melançon appelle la langue de puck !

C'est que j'ai hâte que la série décolle...

En attendant, je m'amuse à repérer ces perles langagières du hockey et je les relaye sur le fil Twitter, pendant la partie.

J'espère sincèrement pour le troisième rendez-vous de ce soir que "la puck va rouler un peu plus pour nous autres"...

J'ai découvert dans le travail de l'éditeur de L’Oreille tendue un bon remède à ma baisse d'intérêt. J'ai même l'impression que je vais continuer de m'amuser avec la langue de puck quand le CH se remettra à gagner.

En ce moment, Thomas Vanek ne fait pas du tout honneur aux Alain Côté de ce monde (celui dont le but était bon, le 28 avril 1987). Il n'est "pas prêt à payer le prix et ne devrait même pas être habillé".

Je lui souhaite pour la fin des séries de retrouver "son momentum" !

1 commentaire(s)

Luc papineau dit :
25 mai 2014 à 1 h 23 min

Un très bon livre en passant. Et un chouette monsieur qui plus est!