Actualité | Consommation

Achats interprovinciaux

Les Québécois pourront acheter du vin dans d’autres provinces

Un vieux règlement datant de 1928 le leur interdisait

Charles Lecavalier

Charles Lecavalier @

Publié le: | Mise à jour:

Société des alcools du Québec

Photo d'archives

La soif des Québécois pour le vin ontarien ou albertain, souvent moins cher qu’à la Société des alcools du Québec, sera toutefois limitée par ce nouveau règlement.

Les Québécois pourront enfin acheter des bouteilles de vin dans d’autres provinces canadiennes et les rapporter en toute légalité à la maison, même si la pratique était tolérée depuis longtemps.

Le gouvernement du Québec a décrété hier un nouveau règlement qui autorise désormais un individu à transporter des boissons alcooliques acquises dans une autre province ou territoire pour sa consommation personnelle.

«On régularise la situation. Nous étions la dernière province à l’interdire. On ne peut pas vivre seul sur une autre planète», a expliqué Andrée-Lyne Hallé, attachée de presse du ministre des Finances Carlos Leitao.

Au cabinet de M. Leitao, on reconnaît en effet que «tout le monde était conscient que ça se faisait déjà» et que la pratique était répandue.

Le règlement avait été annoncé par le gouvernement Marois et était en préparation depuis plusieurs mois, mais son adoption a tardé à cause des élections.

En juin 2013, Ottawa a assoupli une loi datant de 1928, la «Loi sur l’importation des boissons enivrantes», qui interdisait à un citoyen d’acheter de l’alcool dans une province et de la consommer dans une autre.

Il restait maintenant aux provinces à ajuster leurs règlements.

«On ne peut pas vider la LCBO»

La soif des Québécois pour le vin ontarien ou albertain, souvent moins cher qu’à la Société des alcools du Québec, sera toutefois limitée par le règlement.

«On ne pourra pas vider la LCBO [Liquor Control Board of Ontario]», averti Mme Hallé.

Le règlement est clair : les quantités permises sont limitées à un maximum de 12 bouteilles de 750 ml, trois litres de spiritueux et trois caisses de 24 bouteilles de bière.

Le Journal rapportait récemment que certains vins se vendaient jusqu’à 50 % moins cher en Alberta, ce qui pourrait être un incitatif pour certains voyageurs à faire des réserves en grande quantité.

Interdiction d’en commander

Le ministre Leitao a cependant souligné que l’interdiction de se faire livrer de l’alcool provenant d’une autre province canadienne demeure en vigueur, sauf si cela est fait par l’entremise de la Société des alcools du Québec.

Il est ainsi interdit pour un consommateur québécois de passer une commande d’achat par Internet dans un magasin albertain. Il devra plutôt franchir les 3500 kilomètres séparant les deux provinces.

 

Vos commentaires

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre netiquette.

Pour signaler un problème avec Disqus ou avec la modération en général, écrivez à moderation@quebecormedia.com.
Les commentaires sont modérés. Vous pouvez également signaler aux modérateurs des commentaires que vous jugez inappropriés en utilisant l'icône.

Commentaires propulsés par Disqus