/news/world
Navigation
Mohamed Fahmy

Pas de pardon pour le journaliste canadien emprisonné en Égypte

RE_2014_03_24T133808Z_376002099_GM1EA3O1NZL01_RTRMADP_3_EGYPT_J
Photo REUTERS
Le journaliste Égypto-Canadien Mohamed Fadel Fahmy.
RE_2014_03_24T133808Z_376002099_GM1EA3O1NZL01_RTRMADP_3_EGYPT_J
Photo REUTERS
Le journaliste Égypto-Canadien Mohamed Fadel Fahmy.

Coup d'oeil sur cet article

Un journaliste égypto-canadien emprisonné en Égypte n’a pas reçu le pardon présidentiel du gouvernement alors que le pays célèbre la fin du ramadan.

Mohamed Fahmy, un producteur de la chaîne anglophone d’Al Jazeera au Caire s’est vu imposer une sentence de sept ans pour avoir aidé les Frères musulmans, une organisation considérée comme terroriste en Égypte.

«Aïd Moubarak (salutation traditionnelle utilisée à la fin du Ramada) à tous. Sauf au président Sisi, qui avait la chance de libérer notre confrère innocent, mais ne l’a pas fait», a écrit sur son compte twitter le journaliste anglais James Bays.

Le correspondant australien Peter Greste et le producteur égyptien, Baher Mohamed ont également écopé d’une sentence de sept ans. Mohamed s’est vu imposer trois années additionnelles pour avoir eu en sa possession une douille (balle de pistolet vide).

Les trois accusés ont plaidé non-coupable et l’affaire a soulevé l’indignation dans la communauté internationale.

Les trois hommes vont porter leur cause en appel. 

 

Commentaires
Loading