/sports/hockey
Navigation
LNH

L'Avalanche, une équipe plus expérimentée

Patrick Roy
Martin Alarie Agence QMi JdeM
Patrick Roy
Patrick Roy
Martin Alarie Agence QMi JdeM
Patrick Roy

Coup d'oeil sur cet article

TERREBONNE | La saison dernière, l’Avalanche du Colorado a impressionné malgré sa jeunesse. Cette année, l’expérience ajoutée avec l’arrivée des Jarome Iginla et Daniel Brière devrait offrir à l’équipe ce petit quelque chose qui lui a manqué pour aller plus loin en séries.

L’entraîneur-chef de l’Avalanche, Patrick Roy, a reconnu que c’est peut-être ce petit manque d’expérience qui a fait la différence au printemps dernier, alors que sa troupe a été éliminée au premier tour après une défaite en prolongation lors du match no 7 contre le Wild du Minnesota.

«Il nous manquait un peu d’expérience en séries éliminatoires. Il y a aussi les blessures qui ont joué un rôle important. On avait sept ou huit joueurs amochés, mais qui, malgré tout, se sont donnés corps et âme pour l’équipe. Ils se sont défoncés pour essayer d’aller le plus loin possible. Nous sommes très fiers d’eux et je suis convaincu que ce qu’on a vécu l’an passé, même si on aurait aimé vivre une série de plus, aura fait grandir l’équipe», a affirmé Roy, qui était présent au tournoi de golf Invitation Michel Therrien, hier.

Pour pallier ce manque d’expérience et la perte de Paul Stastny, qui a accepté un contrat avec les Blues de St. Louis, l’Avalanche s’est donc tournée vers les vétérans Jarome Iginla et Daniel Brière à l’attaque, ainsi que Brad Stuart à la ligne bleue.

«Avec eux, on offre à nos jeunes un groupe de joueurs avec du vécu dans la ligue. Ils peuvent être d’excellents modèles pour eux et leur présence leur permettra de continuer à progresser sans que toute la pression soit sur leurs épaules. Je pense qu’on a un bon mélange entre les vétérans et les plus jeunes joueurs, ce qui permettra à tous de connaître une bonne saison», a souligné Roy, qui valorise beaucoup la communication avec ses joueurs.

Un été trop long

L’attaquant de l’Avalanche, Maxime Talbot, est lui aussi très heureux des nouvelles acquisitions de son équipe et se présentera au Colorado avec beaucoup d’espoir.

«L’été a été un peu trop long, a-t-il admis. On connaît le potentiel de l’équipe qu’on a et on a vraiment hâte de retourner au travail.»

À l’instar de son entraîneur, Talbot est d’avis que l’Avalanche sera une meilleure équipe avec l’expérience acquise par les jeunes et celle ajoutée par la venue des vétérans.

«Quand tu penses à ces trois joueurs, tu penses à l’expérience et au leadership. Un gars comme Brière joue très bien sous la pression, il a toujours performé en séries et Iginla a longtemps été capitaine, c’est un joueur qui se présente chaque soir, et il est robuste», a noté le Québécois.

Talbot a également énuméré tous les joueurs qui apporteraient du leadership durant la prochaine saison, à commencer par le jeune capitaine, Gabriel Landeskog.

«Landeskog est très mature pour son âge et l’organisation a su bien l’entourer. Il y a également Alex Tanguay qui est toujours là. Il ne manque pas de leaders dans notre équipe présentement.»

Retrouvailles entre amis

Après avoir été séparés la saison dernière, les deux grands amis Maxime Talbot et Bruno Gervais se retrouveront à nouveau, puisque le défenseur s’est joint à l’Avalanche le 1er juillet dernier.

Talbot s’est dit très heureux de retrouver son ami d’enfance, qui était son coéquipier au niveau Atome AA.

«Déjà, le fait qu’on se soit rendus tous les deux dans la LNH était super. Ensuite, on a réalisé notre rêve de jouer ensemble à Philadelphie et on est encore dans la même organisation cette année. Notre parcours continue et c’est plaisant de voir ça. On se pousse chaque jour pour devenir meilleur», a confié le joueur de 30 ans, précisant que cette amitié dure depuis une vingtaine d’années maintenant.

Commentaires
Loading