/news/provincial
Navigation
Québec

Labeaume veut réunir au moins 150 communautés

Il souhaite rassembler les francophones d’Amérique

Le maire de Québec entouré de son homologue de Lafayette, Joey Durel, et de celui de Moncton, George LeBlanc. Les trois maires ont travaillé ensemble pour lancer le Réseau nord-américain des villes francophones et francophiles.
PHOTO MARIANNE WHITE Le maire de Québec entouré de son homologue de Lafayette, Joey Durel, et de celui de Moncton, George LeBlanc. Les trois maires ont travaillé ensemble pour lancer le Réseau nord-américain des villes francophones et francophiles.

Coup d'oeil sur cet article

GRAND SAULT, N.-B. | Le maire de Québec veut réunir au moins 150 communautés dans son projet de réseau nord-américain de villes francophones et francophiles.

Régis Labeaume a rencontré hier des dizaines de maires et représentants de villes et d’associations du Québec, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Angleterre et de la Louisiane afin de jeter les bases de son projet.

«Ça nous prend une masse critique de 150 communautés pour lancer le projet, pour que les gens suivent. À la même date l’an prochain, on va se revoir à Québec pour le coup de départ», a-t-il lancé aux maires à la fin de sa présentation.

Réseau

En collaboration avec le maire de Lafayette, en Louisiane, Joey Durel, et le maire de Moncton, George LeBlanc, M. Labeaume veut créer ce réseau pour unir la francophonie en Amérique du Nord, mais surtout pour mousser le tourisme.

«C’est un projet économique avant tout», a expliqué M. Labeaume au Journal.

Cela prendra notamment la forme d’un circuit touristique qui reliera des dizaines de villes d’Amérique du Nord avant d’aboutir à Québec. La Ville de Québec aimerait bien accueillir les visiteurs dans un centre pour les communautés francophones et francophiles des Amériques, idéalement dans les Nouvelles Casernes qui seront rénovées.

«On vise la clientèle de baby-boomers qui s’intéressent à l’histoire, à leurs origines et qui ont envie de voyager, a souligné le maire de Québec. Des deux côtés de l’Atlantique, il y a des gens qui se demandent d’où ils viennent. Il faut amener les gens à faire ce circuit.»

Il a donné pour mission aux maires et aux représentants d’associations de colliger l’information sur la présence francophone et ses racines dans leurs communautés respectives. La Ville de Québec va servir de point d’orgue pour organiser l’information et la rendre disponible sur internet.

Promotion

Le maire de Lafayette s’est engagé à faire la promotion du réseau dans son État ainsi qu’au Texas et au Mississippi.

«Je vais encourager le plus grand nombre de maires des villes américaines à se joindre au réseau», a dit M. Durel, un francophile même s’il ne parle pas français.

M. Labeaume se réjouit de l’enthousiasme que suscite ce projet qu’il va aussi mousser auprès des gouvernements provincial et fédéral, ainsi qu’à ses prochaines visites aux États-Unis.

 

Commentaires