/news
Navigation
Musée de l'Amérique francophone

Le traité de Paris s’amène à Québec 

L’expédition du document nécessite une opération complexe 

Le traité de Paris s’amène à Québec 

Coup d'oeil sur cet article

Le prêt du traité de Paris à Québec a été officialisé mardi, lors d’une signature entre le consul général de France, la ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, la ministre de la Culture, Hélène David, ainsi que le directeur général des Musées de la civilisation, Michel Côté.

À peine 24 heures après l’incendie qui a fait rage sur la rue Dalhousie, il n’était pas question de compromettre le prêt du précieux document, qui sort de France pour la toute première fois depuis qu’il a été rédigé. Toutefois, l’organisation a dû fournir des certifications concernant la sécurité du document au ministère des Affaires étrangères de France.

«La nouvelle a fait le tour du monde, alors ils étaient au courant. On leur a fourni toutes les précisions nécessaires», a affirmé Agnès Dufour, porte-parole du musée.

Tout le monde s’est réuni dans la bonne humeur en fin d’après-midi au Musée de l’Amérique francophone pour ratifier cet accord. Le traité de Paris de 1763 devrait donc arriver à Québec cette semaine.

Une grosse opération

Ce document symbolique, qui a scellé le destin des Français d’Amérique dans l’histoire, est prêté pour seulement 10 jours et son acheminement à Québec n’est pas quelque chose de simple. Le directeur général Michel Côté souhaite l’avoir d’ici jeudi. Il sera mis dans une boîte spéciale, transportée par deux conservateurs européens.

Le traité de Paris devra rester au minimum 48 heures dans les réserves du Musée de l’Amérique francophone pour s’acclimater à une température et une humidité précises. Les activités entourant son arrivée, dont plusieurs conférences, débuteront mardi au Musée de la civilisation.

La responsable des services documentaires, Pierrette Lafond, a souligné la «calligraphie particulière» du manuscrit, fait de papier chiffon. D’autres documents d’importance seront présentés et plusieurs conférences auront lieu.

Visite du chantier

Michel Côté a profité de l’officialisation du prêt pour ouvrir le chantier où sont traités les documents anciens en vue de leur conservation. Le Musée de l’Amérique francophone conserve le Fonds du Séminaire de Québec, inscrit au prestigieux registre Mémoires du monde de l’UNESCO depuis 2007. La réserve contient entre autres des cartes de Champlain, des livres datant de 1200, ainsi que le premier journal du Québec (1764).

Le colossal «chantier de conservation» est un lieu pour traiter quelque 190 000 pièces qui doivent subir un traitement particulier sur les 347 000 qui composent les différentes collections d’archives.

Il est également question de numériser certains documents pour faciliter leur diffusion et leur consultation sans avoir à les manipuler. «On va numériser 3000 plans d’ici la fin du mois de mars 2015, a dit la conservatrice Sophie Couture Samson. C’est seulement un départ. On a la volonté d’en numériser beaucoup plus.»

Faits saillants

L’événement Rares et précieux — Le traité de Paris 1763 sera présenté du 23 septembre au 2 octobre, de 10 h à 17 h. Il est possible de réserver sa place pour assister aux conférences.

Bas de vignette: Près de 350 000 documents anciens, qui relatent 400 ans d’histoire, se trouvent dans les réserves du Musée de l’Amérique francophone.

Commentaires